Société

Les Français ont de moins en moins confiance dans les médicaments

France Bleu vendredi 11 avril 2014 à 8:29

Médicaments
Médicaments © Fotolia.com - Gina Sanders

La confiance des Français dans leurs médicaments a fortement chuté en 2014, selon un sondage : seuls trois quarts des sondés affirment faire confiance aux médicaments, qu'ils soient remboursés ou non. Les effets secondaires, puis les contre-indications, inquiètent particulièrement.

C'est un chiffre qui a plongé en 2014 : seuls 75% des Français affirment faire confiance à leurs médicaments, selon une étude Ipsos pour les Entreprises du Médicament (Leem)*. Un coup d'arrêt pour la tendance précédente qui était à la hausse : la confiance était en progression jusqu'à présent , passant de 82% en 2011 à 84% en 2012, et même 87% en 2013. Cela veut dire que 25% des Français se méfient des médicaments , contre seulement 13% l'an dernier. 

Les effets secondaires sont ceux qui inquiètent le plus, pour 71% des sondés ; suivis par les contre-indications, à 58%. "Il y a des interrogations plus fortes aujourd'hui sur les questions de sécurité ", selon Brice Teinturier, directeur général délégué de l'institut de sondage. Et ce souci de sécurité, il est porté avant tout par les laboratoires pour près de neuf Français sur dix (89%), puis par les pouvoirs publics (83%), les médecins (83%) et les pharmaciens (75%).

Un tiers des Français ne font pas confiance aux vaccins

Tous les types de médicaments sont concernés par cette baisse de la confiance, et en premier lieu les médicaments remboursés, qui perdent 8 points de confiance, à 86%. Mais ceux auxquels les Français font le moins confiance, ce sont les vaccins, qui convainquent seulement 71% des sondés. Et moins d'un Français sur deux (45%) s'estime bien informé sur les risques secondaires

Faut-il donc accentuer le principe de précaution ? Oui, pour une large majorité des sondés. Quelque 67% des personnes interrogées estiment qu'il "ne faut prendre aucun risque " pour mettre un médicament sur le marché. Il reste tout de même 28% des sondés qui pendant qu'à force "de prendre trop de précautions, on bloque le progrès en matière de traitements ". 

*Le sondage de l'observatoire du médicament a été réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 1.017 personnes, interrogées en ligne du 24 février au 3 mars.

Partager sur :