Société

Les Furies : festival "en lutte"

Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne mercredi 11 juin 2014 à 9:57

Intermittents manifestation mars 2014 Paris
Intermittents manifestation mars 2014 Paris © Maxppp

Pour protester contre la réforme du régime d’indemnisation chômage des intermittents, trois compagnies programmées aux Furies de Châlons-en-Champagne se sont mises en grève lors du premier jour du festival. La direction se dit solidaire des artistes.

Le festival Furies de Châlons-en-Champagne s'est déclaré mardi "festival en lutte" ! Il soutient l’action des intermittents du spectacle qui refusent la refonte de leur régime d'assurance chômage.

Un accord datant du 22 mars prévoit notamment un plafonnement des indemnités à 5475 euros bruts par mois, mais aussi un différé d'indemnisation. Les intermittents devront donc attendre avant de toucher leurs indemnités.

"Ca fragilise les plus pauvres"

Trois des quatre compagnies programmées mardi au festival Furies de Châlons-en-Champagne ont décidé de ne pas présenter leurs spectacles. D’autres annulations pourraient suivre puisque les intermittents décideront de la suite de leur mouvement au jour le jour , lors d’assemblées générales. 17 compagnies sont programmées jusqu’au 14 juin pour cette 25ème édition des Furies de Châlons-en-Champagne.

Peggy Donck, porte-parole des intermittents du spectacle lors des Furies de Châlons-en-Champagne, était notre invitée à 8H10.

 

Peggy Donck, porte-parole des intermittents aux Furies de Châlons-en-Champagne

Les intermittents ont profité de la venue d’Aurélie Filipetti dans l’Aisne pour interpeller la ministre de la culture. Ils se sont dénudés devant elle, lui demandant que cet accord du 22 mars ne soit pas validé. Aurélie Filipetti a promis que les discussions reprendraient avant l'été et non à l’automne comme initialement prévu.

 

Le régime des intermittents du spectacle - Aucun(e)
Le régime des intermittents du spectacle