Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les gilets jaunes ajacciens campent sur leurs positions

-
Par , , France Bleu RCFM

À la veille de l'acte 9 des gilets jaunes, le collectif d'Ajaccio a été sommé par les forces de l'ordre de démonter son campement au rond-point d'Aspretto jeudi soir. Ce vendredi le collectif campe sur ses positions et refuse également de se rendre à une convocation au commissariat d'Ajaccio.

Le collectif d'Ajaccio a été sommé par les forces de l'ordre de démonter son campement au rond-point d'Aspretto.
Le collectif d'Ajaccio a été sommé par les forces de l'ordre de démonter son campement au rond-point d'Aspretto. - DR /

Corse, France

Sommés de quitter les lieux ce jeudi, les gilets jaunes ajacciens font de la résistance. Les forces de l'ordre demandent depuis jeudi soir l'évacuation du campement de palettes des gilets jaunes, installé à l'entrée de la ville, au rond-point d'Aspretto. 

La vingtaine de personnes présentes sur place ce vendredi matin a même reçu une convocation pour être entendue au commissariat. Les gilets jaunes refusent de s'y rendre comme ils refusent de déménager. Noëlle Andarelli est porte-parole du mouvement des gilets jaunes sur Ajaccio. "Les forces de l’ordre se sont présentées pour nous remettre une convocation pour 16h. En nous disant que nous risquons une amende de 1.500 euros par tête et nous étions 15 sur les lieux. Premièrement nous ne comptons pas nous présenter mais aller voir le maire à 14h30 et voir ce qu’il en est, s’il va nous donner l’autorisation d’être ici ou non, soit qu’il nous reloge ailleurs pour être visibles et mieux installés."

Le collectif a pu rencontrer ce vendredi après-midi le maire d'Ajaccio, Laurent Marcangeli, qui avait déjà fait part dans la semaine de sa volonté de rencontrer les gilets jaunes. Deux heures de discussion durant lesquelles il a été question de trouver un nouvel endroit pour installer le campement des contestataires, cela pourrait être le quai des torpilleurs. Par ailleurs, le maire d'Ajaccio a promis qu'il se ferait le relais des revendications sociales des gilets jaunes.

L’union fait la force 

Les collectifs de gilets jaunes d'Ajaccio, Bastia, Porto-Vecchio, Propriano, Corte et Balagne doivent se réunir ce samedi à partir de 10 heures dans les locaux de l'Université à Corte. Ils ont pour projet de se structurer en association et de former un collectif régional. Celui-ci pourrait compter au total près de 5.000 adhérents selon ses organisateurs. Il sera également question de préparer la conférence sociale qui aura lieu lundi à Bastia. Le collectif Una speranza pè a Corsica participera à cette grande réunion. Séverine Molinero est l'une de ses porte-parole. 

Les différents collectifs de gilets jaunes de Corse ne se sont pas toujours rejoints sur leurs principales revendications. Mais Hugues Racamier, l'un des porte-parole du collectif Le Casabianca de Bastia, ne voit pas de divergence. D'où l'intérêt d'uniformiser le message.

Par ailleurs à Bastia cinq personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire, pour des incidents intervenus en marge du mouvement. Elles sont mises en examen pour des faits de "dégradation de biens par moyens dangereux en bande organisée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu