Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes azuréens réagissent au discours d'Emmanuel Macron

mardi 27 novembre 2018 à 18:47 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Les gilets jaunes ont écouté le discours du président Emmanuel Macron sur la transition écologique et de disent déçus. Ils ne se sentent pas entendus, pas écoutés.

Les gilets jaunes au péage d'Antibes le 24 novembre.
Les gilets jaunes au péage d'Antibes le 24 novembre. © Radio France - Martin Delacoux

Nice, France

Sandra est déçue. Gilets jaunes à Nice depuis le 17 novembre, elle se dite "prête à continuer le mouvement". "S'il faut en arriver à faire de la casse pour être entendu, on fera de la casse", poursuit celle qui se présente justement comme pacifique. Mais pour elle, trop c'est trop. Le président a "davantage activé la colère des gens même ceux qui étaient pacifiques".  Il y a de la tristesse dans ses mots. Elle hésite puis conclue par plus de modération: "de toute façon, je sais que moi je ne casserai pas et en plus je sais que je tenterai de modérer les autres. J'essaierai, mais je ne suis pas sûr de réussir."

Alors que va-t-il se passer après cette prise de parole du chef de l'Etat qui n'a pas convaincu les gilets jaunes ? Dans le département, l'un des organisateurs, Johnny Toulouse précise que sur les réseaux sociaux ils "se sont mis d'accord pour continuer le mouvement. On en a marre ! On n'arrive plus à joindre les deux bouts.. On nous prends pour des vaches à lait, déplore Johnny Toulouse. On n'est pas des abrutis. On a écouté. Le président ne parle ni de la TVA, ni du SMIC. Et en plus il ne veut pas nous recevoir. Il demande à un ministre ! Non ! Trop c'est trop !".