Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les Gilets jaunes de l'Indre se préparent à manifester ce samedi

vendredi 1 février 2019 à 20:29 - Mis à jour le vendredi 1 février 2019 à 20:44 Par Victor Vasseur, France Bleu Berry

La ville de Châteauroux attend des centaines de Gilets jaunes ce samedi, dans l'Indre. Le cortège partira à 14h00 mais ne passera pas dans le centre-ville.

Un couple de Gilets jaunes, qui était à Bourges le 12 janvier.
Un couple de Gilets jaunes, qui était à Bourges le 12 janvier. © Radio France - Victor Vasseur

Châteauroux, France

Les premiers Gilets jaunes sont attendus vers 10h30 au mail Saint-Gildas. Les organisateurs promettent des débats sur le RIC, le référendum d'initiative citoyenne et quelques discours.  

À 14 heures, le cortège partira direction route de Blois, avant de bifurquer pour Belle-Isle. Si vous habitez à côté du lycée Jean Giraudoux et de l'Eglise Saint-André, vous verrez le défilé depuis vos fenêtres. Il passera ensuite devant la gare pour remonter l'Avenue Charles de Gaulle.

À aucun moment, le cortège ne doit entrer dans le centre-ville. C'est une décision de la préfecture de l'Indre. ll y aura aussi des syndicats dans le cortège, la CGT et la FSU notamment.

Ecoutez Josiane Delaune, la secrétaire générale de la CGT de l'Indre;

Dénoncer les violences policières

On verra des Gilets jaunes maquillés durant la manifestation, des bandages, des cicatrices, des pansements sur les yeux. Une manière pour eux de dénoncer les violences policières et les tirs de LBD, les lanceurs de balles de défense, qui ont blessé des dizaines de manifestants dans toute la France ces dernières semaines.