Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes de la Somme continuent malgré les annonces du gouvernement

mardi 4 décembre 2018 à 18:36 Par Elodie Touchais, France Bleu Picardie

Les annonces d'Edouard Philippe ne suffisent pas à calmer la colère des gilets jaunes de Flixecourt dans la Somme. Le mouvement continue et certains manifestants prédisent la révolution !

Les gilets jaunes de Flixecourt poursuivent la mobilisation
Les gilets jaunes de Flixecourt poursuivent la mobilisation © Radio France - Elodie Touchais

Amiens, France

Trop peu et trop tard.  Les propositions d'Edouard Philippe sont jugées insuffisantes par les gilets jaunes de Flixecourt. Ils sont 75 à avoir rejoint et à continuer le mouvement dans cette commune à l'ouest d'Amiens. Les gilets jaunes se relaient régulièrement sur le campement installé près des accès à l'autoroute A 16.  Après avoir écouté le Premier ministre annoncer la suspension pour 6 mois de la hausse des taxes sur les carburants, le gel des tarifs d'électricité et de gaz et le report du contrôle technique renforcé, Miguel a rallumé le brasero.  Le retraité se sent insulté : "On nous prend pour des cons. Dire qu'on arrête, d'accord mais qu'on reporte, c'est de la connerie". 

Ca va être la révolution

Après trois semaines de mobilisation, Carlos aussi attendait plus. Alors qu'il passe ses journées sur le campement et participe pacifiquement aux actions, ces annonces sont démoralisantes.  Ces "mesurettes" montrent selon lui à quel point le gouvernement ne les écoute pas. Lui attendait des annonces sur le pouvoir d'achat et les salaires : "ici on gagne en moyenne 1200€/mois mais on ne vit pas avec ça". Pour cet intérimaire, les propositions jettent de l'huile sur le feu : "ce qui me fait peur c'est que ça va finir en révolution".

Le gouvernement est responsable de la radicalisation du mouvement

Alors que le ministre de l'intérieur, Christophe Castaner demande aux gilets jaunes d'être raisonnables et de ne pas se rassembler [ le samedi 8 décembre] à Paris,  plusieurs manifestants de Flixecourt hésitent encore. Aucun bus ne sera mis en place au départ de Flixecourt

Jeannine Depuydt restera mobilisée à Flixecourt. La retraité craint un troisième samedi de débordements. Mais pour elle, le gouvernement est responsable de cette radicalisation des gilets jaunes. "Donner des mesurettes, c'est attiser le feu" explique Jeannine qui invite Emmanuel Macron, l'enfant du pays,  a passer une journée avec les "gens de chez nous".  "Lui est entouré de gens qui vont bien mais la France d'en bas va mal et plus la France d'en bas va mal, plus ça va aller crescendo au niveau de la radicalisation" prévient la retraité.