Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes de Montpellier atterrés devant le discours du président Macron

-
Par , France Bleu Hérault

Emmanuel Macron s'est plié à l'exercice de la conférence de presse pour la première fois de son quinquennat ce jeudi 25 avril. Devant près de 300 journalistes, il a tenu un discours d'une heure avant de répondre aux questions. Le tout sous l’œil des Français, dont des gilets jaunes à Montpellier.

Emmanuel Macron s'adressait ce jeudi 25 avril en direct à la télévision aux Français avant de répondre aux questions de 300 journalistes.
Emmanuel Macron s'adressait ce jeudi 25 avril en direct à la télévision aux Français avant de répondre aux questions de 300 journalistes. © Radio France - Marion Bargiacchi

Montpellier, France

Jeudi 25 avril, 17h55. Christophe, Clotilde et deux de leurs amis font face à la télévision reliée à l'ordinateur pour diffuser France 2. Gilets jaunes de la première heure, s'ils regardent le discours du président de la République ce soir-là "c'est parce qu'ils y sont obligés". Christophe et Clotilde font partie de la commission de communication des gilets jaunes de Montpellier alors "même si comme beaucoup d'autres on n'avait pas vraiment envie de l'écouter, on va faire un résumé pour les autres et analyser ce qu'il va bien pouvoir dire." 

Des annonces "pour diviser le mouvement"

Carnet et crayon sortis, Clotilde note quelques mots clefs. Entre les haussements d'épaules, les yeux écarquillés et les éclats de rire tantôt nerveux tantôt moqueurs, pas de doute pour elle : Emmanuel Macron a bien préparé sa stratégie. "Il veut parler à certaines catégories pour décrédibiliser le mouvement, explique Clotilde. Typiquement, les femmes seules avec des enfants et les retraités sont très nombreux dans le mouvement des gilets jaunes. Avec des annonces pour s'occuper de leurs situations, comme la réindexation des petites retraites, le gouvernement pourra dire 'On a fait tout ce qu'il fallait, ceux qui restent ce sont les factieux, des nervis'.

Des réponses à côté des préoccupations des gilets jaunes 

Sur les feuilles de son bloc, elle note avec son stylo à bille "pas de mesure pour les déclassés." À l'autre bout du canapé, Christophe se frappe le front tellement il ne croit pas ce qu'il entend : "Il répond complètement à côté. Que ce soit sur la décentralisation ou le vote obligatoire, ce ne sont pas les revendications qui viennent de la rue." Et d'ajouter, en écoutant la proposition du président de tirer au sort des citoyens pour penser la transition écologique : "Il ne change pas de politique, il est toujours fixé sur son cap ultralibéral alors que c'est en totale contradiction avec ce qu'il faudrait pour sauver la planète. Alors autant choisir cent personnes et leur demander de se dépatouiller avec la question !"

"C'est une annonce de programme électoral, ni plus ni moins." Christophe, gilet jaune

Aucun doute : ils seront tous dans la rue samedi pour la prochaine manifestation des gilets jaunes, mais aussi le 1er mai et pendant encore de nombreuses semaines.

Réactions après le discours d'Emmanuel Macron.

Choix de la station

France Bleu