Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes de Montpellier fêtent les neuf mois du mouvement

-
Par , France Bleu Hérault

Les gilets jaunes de Montpellier occupent le rond-point des Près d'Arènes à Montpellier (Hérault) pour le week-end. Ils fêtent les neuf mois du mouvement.

Une soixantaine de gilets jaunes passe le weekend sur le rond-point des Près d'Arènes pour fêter les neuf mois du mouvement.
Une soixantaine de gilets jaunes passe le weekend sur le rond-point des Près d'Arènes pour fêter les neuf mois du mouvement. © Radio France - Elena Louazon

Montpellier, France

Les gilets jaunes de Montpellier restent mobilisés. Pour fêter les neuf mois du mouvement, ils se réunissent tout le weekend au rond-point des près d'Arènes. Ils sont environ 70 à y avoir posé leur tente et leur table de pique-nique. Autour d'un barbecue ou allongés sur un transat, les gilets jaunes veulent montrer que le mouvement est encore vivant

Sifflet à la bouche, tee-shirt jaune fluo, Venz interpelle les voitures depuis les bords du rond-point. Au klaxonomètre, les gilets jaunes restent très soutenus. "Quand j'entends ça, c'est encourageant, se réjouit le quinquagénaire. Que ce soit des petites ou des grosses voitures, tout le monde klaxonne... Tout le monde est dans la même galère."

Nadia aussi est regonflée à bloc par le concert de klaxons. Depuis neuf mois, elle est mobilisée non-stop. "D'être là de 7h du matin à 19h, l'hiver, avec la pluie, le froid... Tout ça, ça épuise. Et en plus j'ai délaissé ma famille, j'allais moins voir mes enfants, mes petits-enfants. Rester comme ça pendant X temps, après tu est fatigué. Autant mentalement que physiquement."

Poursuivre le combat

Sur le rond-point, on a le regard tourné vers la rentrée. "On a donné tellement de nous-même qu'arrêter maintenant c'est se déjuger, c'est dire « Ce qu’on a fait ça sert à rien. On abandonne ». Il y a neuf mois en arrière, on m'aurait dit que je serais sur les ronds-points en août, je me serais dit « Non, c’est pas possible. »  Ça devient presque une drogue quoi... On ne peut plus arrêter maintenant."

Les gilets jaunes du département se donnent déjà rendez-vous début septembre pour poursuivre le mouvement. "C'est en train d'évoluer, détaille Sabine, l'une des plus mobilisées. Pour l'instant, on n'a pas obtenu de victoire significative. Mais notre grande victoire, c'est de nous être levés, de nous être retrouvés, d'avoir éprouvé la plus belle des solidarités, qui est de reconnaître le droit de chacun à la parole. 

"Les gilets jaunes ils ont appris à s'organiser, à résister, à se défendre. On va faire entendre nos voix, et c'est loin d'être terminé." - Sabine

En parallèle du rassemblement sur le rond-point, une petite centaine de gilets jaunes a défilé samedi dans Montpellier, de la préfecture à la gare, dans le calme.

Choix de la station

France Bleu