Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes désignent huit "communicants officiels" et publient leurs revendications

lundi 26 novembre 2018 à 14:48 - Mis à jour le lundi 26 novembre 2018 à 19:58 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Huit "communicants officiels" ont été nommés par les "gilets jaunes", annoncent-ils ce lundi. Leur tache sera "d'engager une prise de contact sérieuse et nécessaire avec les représentants de l'Etat et de son gouvernement".

Priscillia Ludosky, auteure d'une pétition contre la hausse des taxes sur les carburants, est désignée comme l'une des porte-paroles.
Priscillia Ludosky, auteure d'une pétition contre la hausse des taxes sur les carburants, est désignée comme l'une des porte-paroles. © Maxppp -

Les "gilets jaunes" ont annoncé lundi sur les réseaux sociaux qu'ils s'étaient dotés d'un groupe de huit "communicants officiels" nationaux. L'objectif : "engager une prise de contact sérieuse et nécessaire avec les représentants de l'Etat et de son gouvernement", écrivent les "gilets jaunes" dans un communiqué. Ces derniers réclament une rencontre avec l'exécutif dans un "délai raisonnable".

"Des porteurs de messages et pas des leaders"

C'est une coordination nationale des "Gilets jaunes" qui a procédé à la désignation de ces huit représentants nationaux, dont la plupart sont provinciaux. Parmi eux figurent deux des initiateurs du mouvement, Priscillia Ludosky, auteure d'une pétition contre la hausse des taxes sur les carburants, et Eric Drouet, chauffeur routier de Seine-et-Marne, qui a lancé l'idée d'actions des "Gilets jaunes" dans toute la France le 17 novembre.

Ces huit porte-paroles ne sont que des "porteurs de messages et (...) pas  des leaders et des décisionnaires", précise le texte. Même son de cloche du côté d'Eric Drouet, dans une vidéo publiée sur Facebook. "On veut juste passer l'information du gouvernement aux gilets jaunes", a-t-il expliqué.

La désignation de ces représentants est contestée par certains manifestants, c'est notamment le cas en Lorraine. Des tensions qui ont poussé l'un des porte-paroles à renoncer :  "Même si nous avons procédé à des élections pour désigner un porte-parole, beaucoup ne sont pas d'accord avec le fait qu'il y ait un porte-parole, alors pour calmer un peu les choses, je me suis retiré" a-t-il expliqué à France Bleu Lorraine Nord.

Des revendications formulées

Après avoir consulté ses sympathisants sur Facebook, cette délégation adresse "deux propositions principales" au gouvernement : "revoir à la baisse toutes les taxes" et la "création d'une assemblée citoyenne" pour débattre des thèmes de la transition écologique, la "prise en compte de la voix des citoyens", l'augmentation du pouvoir d'achat ou encore la  précarité, détaille ce texte.

"À défaut de rencontre ou de propositions sérieuses lors de cet éventuel échange, les actions se poursuivront et se renforceront jusqu'à l'aboutissement d'une solution concrète", ajoutent ses auteurs.

Lors d'un point presse, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a de nouveau évacué l'idée d'un changement de cap. "Cette France attend des réponses à ses colères, cela passe par une nouvelle méthode - il en sera en partie question demain", a-t-il expliqué, faisant allusion à la prise de parole annoncée d'Emmanuel Macron.

  - Visactu
© Visactu