Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes lozériens n'ont pas pu remettre personnellement leurs doléances à l'Élysée

mardi 25 décembre 2018 à 18:47 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

les quatre gilets jaunes lozériens qui ont quitté Mende il y a trois semaines n'ont pas pu remettre personnellement leurs doléances à Emmanuel Macron. Après quelques 800 kilomètres de marche, ils ont été bloqués à une poignée de mètres de l'Élysée.

Eric et ses camarades gilets jaunes lozériens bloqués à quelques mètres de l'Elysée.
Eric et ses camarades gilets jaunes lozériens bloqués à quelques mètres de l'Elysée. - Gilets jaunes Lozère.

Mende, France

Ils ont quitté Mende il y a trois semaines. Un périple à pied pour quatre "marcheurs" lozériens. Arrivés en fin d'après-midi ce mardi du coté du faubourg Saint-Honoré à Paris, les gilets jaunes comptaient remettre personnellement à Emmanuel Macron les doléances recueillies au cours de cette longue marche. Les forces de l'ordre leur ont interdit l’accès. Un conseiller a toutefois récupéré le sac pour le transmettre à qui de droit. 

"On ne lui demandait pas de boire le thé avec lui, simplement de prendre notre sac sur le perron de l'Élysée et voila. Simplement ça, il n'en est pas capable."

Une "occasion manquée" pour le président de redorer son image de marque fortement abîmée ces dernières semaines, selon Eric leur porte-parole. "Le mépris continue, c'est dommage". 

Les gilets jaunes lozériens ont rejoint la capitale par étapes. L'occasion de faire des rencontres sur le terrain et de prendre le pouls de cette France périphérique, celle qui souffre et se sent abandonnée. De ses rencontres sont nées des courriers que les quatre "marcheurs" voulaient transmettre au locataire de l'Élysée.

Eric, porte-parole des gilets jaunes lozèriens.

"Le mépris continue, c'est dommage, mais cela nous donne davantage de force pour continuer."

800 kilomètres à pied, de belles rencontres et des doléances diverses et variées remises personnellement au chef de l'État pris dans la nasse de l'impopularité. 

Le prèsident Macron est très mal entouré.

Déçus mais combatifs, les gilets jaunes lozériens reviendront à Mende, mais cette fois, en train.