Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les gilets jaunes se structurent en pays de Savoie

mercredi 28 novembre 2018 à 8:21 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

L'intervention du président ce mardi n'a pas désamorcé le mouvement qui se structure en pays de Savoie. Porte-parole, chaînes humaines et plaintes contre Emmanuel Macron.

Les gilets jaunes à l'action
Les gilets jaunes à l'action © Radio France - Nathan Lautier

Ce mardi, Emmanuel Macron a, pendant une heure, tenté de déminer le conflit des gilets jaunes. Il propose une concertation sur le terrain durant trois mois, ou encore que la taxe carburant soit réévaluée tous les trois mois en fonction du cours du pétrole. Mais en tout état de cause, il ne renonce pas à la taxe carbone.

Candice Laverne, étudiante gilet jaune en Savoie, résume le sentiment général : "Je n'y crois pas trop. Je pense que pendant trois mois il va faire de la pédagogie en envoyant ses petits soldats de la République en marche  pour essayer de nous convaincre. Nous ne sommes pas dupes. On n'y croit plus. Nous, ce qu'on veut, c'est du changement, ce n'est pas qu'il nous explique ses mesures. Ses mesures, on les a très bien comprises et elles ne nous conviennent pas". 

Un représentant par département

Non seulement le chef de l'État n'a pas convaincu les gilets jaunes mais ces-derniers ont franchi un cap important en organisant des consultations internes pour désigner un représentant par département. En Haute Savoie, Ophélie est désormais chargée des relations avec la presse. 

En Savoie, Candice Laverne encadre la consultation auprès de 15 000 internautes, sur la page Facebook la plus suivie en Savoie. Deux autres gilets jaunes sont en lice à ses côtés. Le vote a lieu pendant vingt-quatre heures sur internet. On devrait connaître le représentant officiel de Savoie vers 15 heures ce mercredi. 

La première liste de huit communicants nationaux a été déchirée. "On a vu des personnes reçues dans les médias, qui se proclament porte-paroles sans vraiment savoir ce que veulent les gilets jaunes. On avait fait cette première liste dans la précipitation pour être reçu par Emmanuel Macron. Mais on a vite vu que cette liste n'était pas légitime. D'où ce vote avec des critères bien précis : ne pas être membre d'un parti politique, être disponible pour se rendre à Paris pour répondre aux interviews et éventuellement être reçu par le gouvernement."

Durcir le mouvement mais sans violence

L'étudiante Candice, à longueur de Facebook tente de canaliser la colère, de rejeter les extrémistes , "que ce soit le Bastion Social d'extrême droite ou les Savoisiens qui tentent d'infiltrer le mouvement. On a besoin de gens de terrain, qui sont là depuis le début et qui ont de vraies bonnes intentions." 

Pas facile de parler au nom de tous.  Car tous est vraiment multiple chez les gilets jaunes. Entre ceux qui réclament la révolution, le départ de Emmanuel Macron ou des actions violentes, le rôle des porte-parole sera de tempérer, de rationaliser , sans délaver le gilet jaune. 

"On ne veut pas de violence. Mais pas non plus d'un conflit qui s'éternise comme celui des cheminots" - Candice Laverne

Candice Laverne était favorable aux opérations "péage gratuit" mais elles ont, à son avis, atteint leurs limites. "Il faut durcir le mouvement. Mais comment ? On y réfléchit ensemble. Il y aura des réunions entre nous, à Aix-les-Bains par exemple. On ne veut pas d'un conflit qui s'éternise comme celui des cheminots. Contrairement à ce que certains détracteurs pensent, on n'a pas que ça à faire, franchement. Donc, oui, il va falloir durcir les choses, mais sans violence. Pas question de dégradations ou d'affrontements avec les forces de l'ordre." 

Des plaintes au commissariat d'Annecy

En Haute Savoie, le mouvement s'organise dans le même sens. Des actions sont arrêtées en neuf points précis, notamment des dépôts de plainte contre Emmanuel Macron qui seront déposées jeudi matin au commissariat d'Annecy.   

Une chaîne humaine est annoncée samedi sur le péage d'Alby-sur-Chéran, un type d'action qui devrait relayer les pages gratuits.  Les gilets sont appelés à ne plus lever plus les barrières de péage, puisque, d'après les gilets jaunes, sur Annecy, AREA, le concessionnaire, leur interdirait désormais, et les menacerait de 190 euros d'amende par manifestant.