Société

Les habitants de l'immeuble Rive Droite à Dijon ont froid

Par Soizic Bour et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mardi 11 octobre 2016 à 20:15

Andrée a 86 ans, elle vit au dessus du local poubelle dans la résidence et n'a plus de chauffage.
Andrée a 86 ans, elle vit au dessus du local poubelle dans la résidence et n'a plus de chauffage. © Radio France - Thomas Nougaillon

Coup de froid pour les locataires de plusieurs immeubles de la résidence "Rive Droite" à Dijon. Des immeubles situés entre le numéro 33 et le numéro 45 de l'avenue Jean-Jaurés face au Port du Canal n'ont pas de chauffage, alors que les températures ont fortement baissé ces derniers temps.

Les habitants de la résidence "Rive Droite" à Dijon ont froid. Alors que les températures ont baissé ces temps-ci, le chauffage de leurs immeubles n'a toujours pas été allumé. Ce sont des immeubles situés entre le numéro 33 et le numéro 45 de l'avenue Jean-Jaurés face au Port du Canal. Une résidence composée d'une centaine d'appartements qui appartiennent pour une grosse moitié à des propriétaires privés et pour une petite moitié à la SCIC Habitat un bailleur social.

"Ce sont des mensonges"

A l'intérieur, les habitants ont froid. C'est une glacière. Francis vite avec sa femme et ses deux enfants dans un T2, il se plaint du froid, comme d'autres il a acheté un chauffage d'appoint : "Les enfants avaient vraiment très froid. Je ne sais pas pourquoi on ne peut pas nous mettre le chauffage comme il faut".

Il faut savoir que la manière dont sont chauffés ces immeubles est un peu compliquée. Une toute nouvelle chaudière à condensation a été installée l'an dernier pour 80 mille euros. Une machine qui permet d'alimenter un chauffage par le sol avec 16 degrés garantis par le syndic. Un système complété par une flotte de radiateurs électriques installés dans les logements. Des radiateurs que les habitants peuvent allumer -à leurs frais- s'ils ont trop froid. Contacté le Cabinet Ryaux, syndic d'immeuble, assure que le chauffage a été rallumé lundi soir. Ce que contestent certains locataires. "Ce sont des mensonges" disait même l'une d'elle. Derrière tout cela, il y aurait un autre combat, la volonté de certains habitants de ces résidences sociales de faire augmenter la température délivrée contractuellement par le syndic à 20 degrés. Ce qui leur permettrait de faire des économies sur le chauffage additionnel.

Partager sur :