Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les harkis des forêts de Provence dans le Goncourt des Lycéens 2017

jeudi 16 novembre 2017 à 16:44 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

Le prix Goncourt des Lycéens 2017 évoque une page oubliée de l'histoire de la Provence: les camps de harkis dans les forêts. Alice Zeniter évoque dans L'Art De Perdre (Flammarion) l'amertume de son héroïne lorsqu'elle découvre qu'il ne reste que des traces du camp de Jouques.

Le camp des famille de harkis Le Logis d'Anne à Jouques en 1976 - Archives France 3
Le camp des famille de harkis Le Logis d'Anne à Jouques en 1976 - Archives France 3 - INA

Jouques, France

Le Goncourt des Lycéens a été attribué jeudi à Alice Zeniter pour son livre L'Art De Perdre aux éditions Flammarion. L'auteure a romancé l'histoire d'une famille de harkis sur trois générations. Alice Zeniter évoque les olives et les combats d'indépendance en Kabylie, l'amertume et la froideur de l'exil en Normandie. La Provence et la Durance apparaissent aussi dans le roman.

L'héroïne cherche les traces du Logis d'Anne, le camps de harkis dans la forêt de Jouques

L'héroïne du roman Naïma revient en Provence pour réveiller la mémoire familiale au Logis d'Anne mais il ne reste plus rien des baraquements dans la forêt provençale de Jouques. La fiction du Goncourrt des Lycéens 2017 se souvient de lz réalité de ce camp de harkis créé en 1963.

A Jouques mais aussi à Sault, Pertuis, Cucuron, Apt, des villages forestiers accueillaient les familles de harkis : soixante quinze villages entre Bouche du Rhône, Var, Vaucluse, Alpes de Haute Provence. Les harkis étaient employés par les Eaux et Forêts (l’ancêtre de l'ONF) pour des travaux en forêt. A Jouques, certains avaient aussi trouvé du travail sur le chantier de la centrale de Cadarache. Ils vivaient très isolés en forêt, à l'écart des communes.

Il était impossible pour ces familles d'intégrer la société française. Une trentaine de chômeurs avait suivi une grève de la faim en 1987 au Logis d'Anne. Ce camp de Jouques a fermé définitivement en 1995. la n'était pas complètement tournée puisque cette histoire amère, parfois douloureuse, réapparaît dans le roman d'Alice Zeniter.

L'Art De Perdre d'Alice Zeniter, prix Goncourt des Lycéens 2017 est édité chez Flammarion (ce lien pour en feuilleter les premières pages).

Pour voir le reportage de France 3 en 1976 au Logis d'Anne à Jouques: accéder aux archives de l'INA