Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les infirmiers scolaires "sont en souffrance au travail" alerte Frédéric Boutteleux, du SNICS-FSU d'Amiens

-
Par , France Bleu Picardie

Mobilisés à Paris ce jeudi pour dénoncer leurs conditions de travail, les infirmiers et infirmières scolaires sont "en souffrance" explique Frédéric Boutteleux, secrétaire du syndicat SNICS-FSU pour l'Académie d'Amiens. Après une année difficile, la profession demande "de la reconnaissance."

Le syndicat national des infirmiers conseillers de santé (SNICS-FSU) avait déjà manifesté en janvier 2021.
Le syndicat national des infirmiers conseillers de santé (SNICS-FSU) avait déjà manifesté en janvier 2021. - SNICS-FSU

Les infirmiers et infirmières scolaires se mobilisent à Paris, ce jeudi après-midi. D'abord devant l'Assemblée nationale, puis devant le ministère de l'Education nationale, ils vont dénoncer leurs conditions de travail, qui se sont encore compliquées en raison de la crise sanitaire, explique Frédéric Boutteleux, infirmier scolaire dans l'est de la Somme et secrétaire académique du SNICS-FSU pour l'Académie d'Amiens. "Nous avons fait, au sein de notre syndicat, une enquête : deux tiers des infirmiers scolaires sont en souffrance au travail"  "Cette année, ils ont été très sollicités, notamment par les tests, au détriment de nos missions habituelles (...) des infirmiers scolaires cherchent à quitter l'Education nationale et ce sont pas des paroles en l'air" assure Frédéric Boutteleux.

La moyenne en France, c'est un infirmier pour 1500-1600 élèves - Frédéric Boutteleux

"On demande de la reconnaissance par rapport à ce que nous avons fait. Nous avons été oubliés du Ségur de la Santé, nous n'avons pas eu droit aux 200 euros nets d'augmentation. Nous sommes aussi complètement oubliés du Grenelle de l'Education" regrette Frédéric Boutteleux. A Paris ce jeudi, les infirmiers et infirmières scolaires vont demander de meilleurs salaires mais aussi des créations de postes pour répondre aux besoins quotidiens des élèves. Lui-même infirmier scolaire dans 13 établissements, Frédéric Boutteleux dit ne pas s'en sortir. "La moyenne en France, c'est un infirmier pour 1500-1600 élèves, ce qui est mon cas."  

On a plus d'adolescents que d'ordinaire hospitalisés pour détresse psychologique - Frédéric Boutteleux

Si les infirmiers et infirmières tirent la sonnette d'alarme à moins d'un mois de la fin de l'année scolaire, c'est aussi parce qu'ils ont constaté une souffrance accrue chez les adolescents lors de cette année marquée par la crise sanitaire. Avec plus de moyens, ils pourraient prendre davantage le temps d'écouter les élèves, estime Frédéric Boutteleux. "On a plus d'adolescents que d'ordinaire hospitalisés pour détresse psychologique, on a des traitements lourds, des antidépresseurs et neuroleptiques, ce qui est assez rare pour des élèves de 12 ou 13 ans (...) malheureusement, on n'est pas suffisamment présents, ce qui engendre d'ailleurs de la souffrance au travail."

Frédéric Boutteleux, du SNICS-FSU pour l'Académie d'Amiens, invité de France Bleu Picardie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess