Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les intermittents du spectacle mettent (déjà) la pression sur Fleur Pellerin

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

A peine nommée, la nouvelle ministre de la Culture est mise sous pression par les intermittents du spectacle. Ils demandent à Fleur Pellerin de taper du poing sur la table : en clair, obtenir le retrait de la convention d'assurance-chômage, ou démissionner.

Badge des intermittents à Avignon
Badge des intermittents à Avignon © Philippe Paupert / Radio France

A peine nommée et déjà du pain sur la planche. En succédant à Aurélie Filippetti à la rue de Valois, Fleur Pellerin (ex-secrétaire d'Etat du Commerce extérieur) hérite du difficile dossier des conditions d'indemnisations des intermittents du spectacle. Ces derniers restent vent debout contre le fameux protocole d'accord du 22 mars (la nouvelle convention UNEDIC d'assurance-chômage), signé entre le gouvernement et le patronat et ratifié par le ministre du Travail François Resbamen.

Fleur Pellerin, "taper du poing sur la table ou démissionner" (intermittents)

Après les grèves de l'été qui ont perturbé le déroulement des festivals, notamment celui d'Avignon, les intermittents n'entendent pas relâcher la pression. Le syndicat Sud Culture demande à la nouvelle ministre de la Culture d'obtenir la suppression de la mesure polémique. Et si elle ne l'obtient pas, de démissionner.

6-8 Gouvernement culture / SON Intermittents

Un nouveau ministre à 5 jours de la rentrée, "ça ne nous fait pas rire" (FCPE)

Parmi les autres réactions au gouvernement Valls II, celles du monde de l'école après la nomination de Najat Vallaud-Belkacem à la tête du ministère de l'Education Nationale, en remplacement du "frondeur" Benoît Hamon. A 36 ans, la benjamine du gouvernement est promue au sein d'un portefeuille important mais compliqué à gérer, et à moins d'une semaine de la rentrée. Rentrée préparée en amont assure-t-on au ministère, mais le symbole fait mal à la FCPE, la principale fédération de parents d'élèves.

6-8 Gouvernement éducation / SON FCPE

Najat Vallaud-Belkacem devient la première femme à devenir ministre de l'Education nationale.

Emmanuel Macron, "plus libéral" (UMP)

Enfin, l'arrivée surprise d'Emmanuel Macron pour remplacer Arnaud Montebourg n'a pas manqué de faire réagir. L'aile gauche du Parti Socialiste et l'extrême-gauche crient à la trahison, le profil de M. Macron (ex-banquier d'affaires) étant, a priori, pour le moins éloigné de celui de M. Montebourg.

A droite en revanche, le choix suscite moins de commentaires négatifs. Le député de la cinquième circonscription de Vaucluse Julien Aubert connaît bien Emmanuel Macron pour avoir fait partie de sa promotion à l'ENA. "Il est certain qu'il représente une vision de l'économie beaucoup plus libérale" , reconnaît l'élu vauclusien.

NOUVEAU GOUVERNEMENT / AUBERT - SEMAINE 06h -09h