Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les Iraniens de Toulouse préoccupés par la situation dans leur pays

-
Par , France Bleu Occitanie

Après les frappes iraniennes sur des bases américaines en Irak dans la nuit de mardi à mercredi, les Iraniens qui vivent à Toulouse se disent inquiets. Même si le président américain Donald Trump a indiqué qu'il n'y avait aucune victime et se dit "prêt à la paix".

La carte de l'Iran sur u tapis qui est exposé chez Khazem
La carte de l'Iran sur u tapis qui est exposé chez Khazem © Radio France - Clémence Fulleda

"Aucune victime n’est à déplorer et c’est une très bonne chose pour le monde entier(...). Les Etats-Unis sont prêts à la paix avec ceux qui le veulent". Ce sont les mots du président américain Donald Trump ce mercredi soir. Dans la nuit de mardi à mercredi, l'Iran a revendiqué des frappes sur des bases abritant des soldats américains en Irak. 

Il est très rare que l'Iran revendique directement de telles frappes, passant normalement par ses alliés dans la région mais là Téhéran a clairement assumé "des représailles" suite à la frappe américaine qui a tué le puissant général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient. Le président américain semble donc temporiser même s'il a annoncé de nouvelles sanctions économiques immédiates contre l'Iran et a demandé à la France, au Royaume-Uni, à l'Allemagne et la Chine de quitter l'accord sur le nucléaire iranien. 

"L'Iran a fait ce qu'il fallait faire"

À Toulouse, les Iraniens se disent plutôt inquiets suite à ces événements. Khazem a 64 ans. Ce marchand de tapis à la retraite est arrivé à Toulouse quand il avait 21 ans et retourne tous les ans en Iran. Il approuve la riposte iranienne et dénonce l'assassinat de Soleimani, mais il n'a aucune nouvelle de sa famille depuis quelques jours. "Cela fait trois jours que je n'ai pas de nouvelles de mes neveux et nièces alors que normalement j'en ai tous les jours. Internet a sûrement été coupé, cela arrive. On va attendre", explique-t-il.

Pour lui, les frappes iraniennes étaient "légitimes" car "ce qu'ont fait les Américains (l'assassinat de Soleimani) est ignoble. L'Iran a fait ce qu'il fallait faire pour dire 'On est là'. Mais personne ne cherche la guerre. J'espère quand même que cela va s'arrêter là, nous les Iraniens on est un peu inquiets."

"À chaque réveil, il y a quelque chose qui explose en Iran"

Sara (le prénom a été changé) a quitté l'Iran quand elle avait une quinzaine d'années, elle a aujourd'hui la trentaine. Elle ne se fait pas de souci pour sa famille et se dit surtout "triste pour le peuple qui souffre déjà beaucoup". Quand on lui demande si elle pense qu'il peut y avoir la guerre, elle répond : "Avec Trump on ne sait jamais  !"

Et elle ajoute : "Les Américains n'ont pas besoin de venir nous faire la guerre, il y a déjà des morts chaque jour ! À chaque réveil, il y a quelque chose qui explose. On a l'impression qu'il ne faut pas dormir..." 

Car effectivement l'Iran connait d'autres drames. Ce mercredi, un Boeing 737 ukrainien s'est écrasé peu peu après son décollage de Téhéran, tuant tous ceux qui se trouvaient à bord, soient 176 personnes. Il y a aussi eu un tremblement de terre ce même jour qui a fait sept blessés ; sans oublier ces 50 morts lors d'une bousculade pendant les funérailles, justement, du général Soleimani ce mardi.

(Note de la rédaction : aucun interlocuteur n'a souhaité être pris en photo lors de ce reportage.)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu