Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Les irréductibles gilets jaunes de Bessan ne lâchent rien

mardi 4 décembre 2018 à 4:04 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

Présents depuis le début du mouvement à Bessan, les gilets jaunes ne comptent pas lâcher l'échangeur 34 Agde/Pézenas sur l'autoroute A9. Ils étaient encore plus d'une centaine en roulement ce lundi 3 décembre à bloquer l'accès et revendiquer "moins de paroles et plus d'actes" du gouvernement.

Les gilets jaunes présents à Bessan depuis le premier jour de mobilisation.
Les gilets jaunes présents à Bessan depuis le premier jour de mobilisation. © Radio France - Marion Bargiacchi

Bessan, France

Lundi, à Bessan (Hérault), ils étaient encore une bonne centaine de gilets jaunes à bloquer l'entrée de l'autoroute sur l'échangeur 34 Agde/Pézenas. Bessan, c'est un des points les plus "solides" de la contestation des gilets jaunes dans le département. Les manifestants y sont présents depuis la première heure et sont de plus en plus nombreux d'après Michel. 

Gilet jaune sur le dos et casquette orange sur la tête, il voit le nombre de manifestant augmenter de plus en plus au fil des jours : "Nous étions assez nombreux dès le départ mais maintenant, il y a du monde tout le temps, même en semaine alors que les gens travaillent. Il y a un vrai ras-le-bol. On n'arrive plus à vivre correctement." Michel a 63 ans, il est routier. Il doit encore travailler deux ans avant de partir à la retraite "et survivre" : 

J'ai mal au dos, j'ai mal partout. Un jour, je me suis dit que j'allais mourir dans mon camion. C'est une vie ça ? Non. - Michel, routier

Les gilets jaunes attendent des réponses du gouvernement

Hélène, elle, est retraitée. Elle vient manifester à Bessan depuis le début. Pour elle, il faut que le président Macron agisse vite : "Ou il y a une décision qui est prise ces jours-ci dans le bon sens où samedi, s'il y a encore des mouvements à Paris ça va très très mal se passer. Emmanuel Macron, il faut qu'il se débouche vraiment les oreilles. Il sait très bien ce qu'on réclame, pas besoin d'avoir des réunions, des machins... maintenant ils agissent !"

Aujourd'hui, il y a des gens qui travaillent qui dorment dans la rue, des retraités qui ne peuvent plus se chauffer. Ça suffit : on veut gagner plus ! - Hélène retraitée.

Les gilets jaunes de Bessan toujours déterminés.

Les manifestants affichent leurs revendications. - Radio France
Les manifestants affichent leurs revendications. © Radio France - Marion Bargiacchi