Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Les IVG vont reprendre progressivement à l'hôpital du Bailleul", annonce Marlène Schiappa

vendredi 7 septembre 2018 à 13:05 Par Christelle Caillot, France Bleu Maine et France Bleu

Stoppées depuis janvier, les IVG vont pouvoir reprendre fin septembre à l'hôpital du Bailleul. C'est Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'égalité qui l'a annoncé ce vendredi lors de son déplacement au Mans. Le dispositif qui a été trouvé reste fragile, souligne l'hôpital.

Marlène Schiappa, la secrétaire d'état à l'égalité
Marlène Schiappa, la secrétaire d'état à l'égalité © Maxppp - Frédéric Dugit

Le Mans, France

La pratique des IVG va pouvoir reprendre progressivement à l'hôpital du Bailleul à partir de fin septembre. C'est la secrétaire d'Etat  à l'égalité Marlène Schiappa qui l'a annoncé ce vendredi matin lors de son déplacement au Mans. Elle était en réunion une partie de la matinée en préfecture avec les responsables de l'ARS (l'agence régionale de santé) et des hôpitaux de la Sarthe. Elle a ensuite visité les locaux du planning familial du Mans.

"Nous avons commencé à travailler sur des solutions sur l'hôpital du Bailleul", a déclaré la secrétaire d'état à l'issue de sa visite. Depuis le mois de janvier, le centre hospitalier a suspendu la pratique des interruptions volontaires de grossesse (IVG). Trois des cinq gynécologues de l'établissement ayant fait valoir leur clause de conscience, il n'en restait plus qu'un qui accepte de réaliser des IVG. À temps partiel, ce dernier va renforcer son temps de pratique. Par ailleurs, les sages-femmes pourront pratiquer des IVG médicamenteuses. La pratique des IVG va donc reprendre progressivement à partir de fin septembre. Quand le médecin ne sera pas là, il y aura une continuité de l'accès à la fois au Bailleul et aussi au Mans avec l'ensemble des soignants". 

Un deuxième médecin à temps partiel doit arriver en janvier

Cependant, l'hôpital du Bailleul, que nous avons joint, précise que "le dispositif qui a été trouvé reste fragile". "Il repose en partie sur les sages-femmes qui pourront pratiquer les IVG médicamenteuses, ce qui représente la moitié des avortements", explique-t-il. Pour les IVG chirurgicales, elles sont donc du ressort du seul gynécologue du Bailleul à ne pas avoir fait valoir sa clause de conscience ; ce dernier a accepté en juillet d'augmenter son temps de travail pour passer de 60% à 100%. Quand il sera absent, il faudra donc de nouveau orienter les femmes vers les hôpitaux du Mans et Angers, comme actuellement

La reprise "normale" du service d'orthogénie n'interviendra en fait qu'en janvier, avec le recrutement d'un deuxième praticien, à temps partiel, pour les IVG chirurgicales. "Mais ce qu'il faudrait, c'est vraiment qu'on puisse recruter un temps plein", rappelle l'hôpital. Aucun candidat ne s'est jamais fait connaître pour le poste à 100% vacant depuis l'automne 2017 au sein de l'établissement