Société

Les Justes et tous les résistants sans arme de Dieulefit ont désormais leur mémorial

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 31 octobre 2014 à 18:48

Le Mémorial à la résistance civile de Dieulefit dans la Drôme
Le Mémorial à la résistance civile de Dieulefit dans la Drôme © Radio France - Nathalie Rodrigues

Le village de Dieulefit, qui compte neuf Justes parmi les Nations et qui a accueilli de nombreux réfugiés pendant la Seconde Guerre Mondiale, a inauguré ce vendredi un Mémorial à la résistance civile.

Ce mémorial à la résistance civile est installé dans le parc de la Baume, au cœur du village. Il se compose d'un muret de trois mètres de haut, construit en demi-cercle, comme un cocon, un refuge. En son centre se trouve une colonne en marbre italien, surmontée de deux visages d'enfants qui symbolisent l'avenir, l'espoir et portent le souvenir de tous les habitants du pays de Dieulefit. Sur la colonne, on peut également lire la phrase: "Dieulefit, où nul n'est étranger" , formule du poète résistant Pierre Emmanuel. L'œuvre est signée Ivan Theimer. L'artiste a lui-même dû quitter son pays, la Tchécoslovaquie, en 1968, devant les chars russes. Il a trouvé refuge dans un village voisin de Dieulefit, le Poet Laval.

Avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, Dieulefit a accueilli de nombreux réfugiés : des Italiens, des Espagnols, qui fuyaient le fascisme, le franquisme; des Mosellans, des Alsaciens qui quittaient leur région face à l'avancée nazie. Des artistes trouvent également refuge dans le canton, et des Juifs bien sûr. En moyenne annuelle, la population du canton a protégé 1400 réfugiés de 1940 et 1944. Pas un seul n'a été torturé, arrêté, ou déporté.

Inauguration du Mémorial à la résistance civile à Dieulefit dans la Drôme

 

Inauguration du Mémorial à la résistance civile à Dieulefit dans la Drôme - Radio France
Inauguration du Mémorial à la résistance civile à Dieulefit dans la Drôme © Radio France - Nathalie Rodrigues