Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Landes ont perdu une voix

-
Par , France Bleu Gascogne

Paul-Christian Narran, ancien journaliste de l’ancêtre de France Bleu Gascogne, Radio Landes, figure de cette radio il y a trente cinq ans est décédé en milieu de semaine dernière. Ses obsèques auront lieu ce mecredi , à 15h, dans son village de Castandet.

Paul Christian Narran avecle matador Frascuelo, la manie des autographes
Paul Christian Narran avecle matador Frascuelo, la manie des autographes - FB Boslin Bougue

Verbe haut, gascon fier !

Un petit farfadet, un Zébulon vitupérant sans cesse, jamais à court d’histoires. Paul-Christian Narran, petit bonhomme rond et enjoué a été des premières heures de Radio Landes, mère biologique de France Bleu Gascogne, au début des années 80 et des années durant ensuite. Il est devenu journaliste après avoir été un temps chauffeur du patron du Figaro qui lui avait conseillé de se lancer dans la carrière. 

Revenu au pays, il est recruté pour sa gouaille, sa connaissance absolue de Gascogne et son amour pour les paysans, le rugby, la course landaise et la tauromachie. Sa maison maternelle à Castandet, quartier Rondeboeuf, où au moyen-âge on organisait des courses de toros, regorge de kilos de documents taurins, de photos de troisième ligne, d’images de coursayres. 

Paul-Christian avait une manie : récolter les autographes des toreros qu’il rencontrait. Certains, comme Ponce en ont signé des dizaines de fois en s’en étonnant gentiment de cet acharnement. Paul-Christian avait couvert aussi  le voyage du pape Jean-Paul II à Lourdes. Avec son culot habituel - on le jetait par la porte il rentrait par la serrure - il a défié la sécurité et a obtenu à son micro la bénédiction du pape pour les auditeurs de Radio Landes. 

Le plaisir de la controverse

Ses disputes homériques avec Jean-Paul St-Marc, autre figure locale de Radio France Landes alors, faisait se bidonner la rédaction. Un jour, ce fut un débat à presque opinels tirés sur l’origine du béret et la façon de le porter. Paul-Christian Narran était de mauvaise foi comme tout méridional qui aime le pataquès pour le plaisir de la controverse. Un homme gentil, râleur oui, fortement rouspéteur, fidèle aussi.

Il était un temps, à la retraite, allé s’installer une partie de l’année sous les tropiques de la Colombie pour ne plus voir l’hiver. Mais, disait-il, les courants d’air de Boniface et les saucisses de Boyau lui manquaient au point qu’il retraversait l’Atlantique pour une semaine et pour deux matchs. Même si son rugby à lui sentait plus le vieux cuir humide que les dollars et l'embrocation que la fumée des boites de nuit. Il s'en est allé, le farfadet de Castandet, courrir le cèpe en fin de temporada, regarder de loin bouger la canopée du pignada. Boire un coup avec Boni et Nimeño et s'engueuler pour la millième fois avec Pierrot Miquel sur la route d'Eauze.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu