Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

PHOTOS - Les lettres de Jules Brun, le jeune poilu d'Assas mort à 20 ans

mardi 6 novembre 2018 à 7:21 Par Pascale Viktory, France Bleu Hérault

Jules Brun, un habitant d'Assas (Hérault) a été mobilisé en octobre 1917. Il est mort en août 1918 à l'âge de 20 ans. Sabine Saumade, sa petite nièce, retranscrit la centaine de lettres qu''il a envoyées à sa famille.

Une des lettres écrite par Jules Brun à sa famille à Assas ( 34 )
Une des lettres écrite par Jules Brun à sa famille à Assas ( 34 ) © Radio France - Pascale Viktory

Assas, France

Les lettres du jeune soldat Jules Brun d'Assas sont en parfait état, elles ont été conservées dans une boite qui était dans le tiroir du bas d’une armoire de la maison familiale des Brun. Un trésor bien gardé par la grand-mère de Sabine : "C'était son frère et il ne fallait pas les toucher." Aujourd'hui, elle a repris le travail, commencé par son mari, de retranscription de ces lettres qu'il a écrites sur le front .

Jules Brun était le plus jeune d’une fratrie de quatre garçons, il est le seul à ne pas être revenu de la guerre. Il a 19 ans quand il rejoint la région de Compiègne en octobre 1917. 

Pendant ces dix mois, il a écrit presque tous les jours, et même parfois deux lettres au cours de la même journée à ses parents et à ses frères. "Ses parents étaient des paysans, il leur demande des nouvelles des cultures, il parle des blés qui, là où il est, sont plus hauts que lui et ajoute Sabine il parle du pinard qu'on donne en ration journalière au soldat, et il dit qu'il n'est pas bon comme celui d'Assas . Quand je lis les lettres, je ris, je pleure, c'est une leçon d'histoire vivante."

Sabine tient entre ses mains la lettre la plus poignante : la dernière qu'il a envoyée à Joseph, un de ses frères, et qui date de juillet 1918. 

"On a passé un ravin au dessus de Samson (près de Compiègne). C'était un déluge de fer. Je m'en suis sorti quand même. C'était plein de morts et comme blessés, il y a quelque chose, tu peux croire. Je peux plus, et le moral pas trop bon, et puis pas de ravitaillement et la soif. Je me demande si je reverrai Assas."

Jules Brun a été blessé au front et déclaré mort le 19 août 1918. Son avis de décès a été envoyé au maire d'Assas, qui était son père.

" Je crois que je ne reverrai plus Assas", disait Jules brun dans sa dernière lettre

en bas à gauche ,Jules brun, mort en août 1918 à l' âge de 2O ans  - Radio France
en bas à gauche ,Jules brun, mort en août 1918 à l' âge de 2O ans © Radio France - Pascale Viktory
extrait d'une lettre de Jules brun, retranscrite par sa petite nièce Sabine  - Radio France
extrait d'une lettre de Jules brun, retranscrite par sa petite nièce Sabine © Radio France - Pascale Viktory
l' acte de décès de Jules Brun - Radio France
l' acte de décès de Jules Brun © Radio France - Pascale Viktory