Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les librairies classées commerces essentiels, une bonne nouvelle pour "Lune et l'Autre" à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les librairies et les disquaires sont désormais considérés comme des commerces essentiels. En cas de confinement le week-end, ces boutiques pourront rester ouvertes entre 6h et 18h selon un décret publié vendredi au Journal officiel.

Les librairies vont pouvoir rester ouvertes en cas de reconfinement (Image d'illustration)
Les librairies vont pouvoir rester ouvertes en cas de reconfinement (Image d'illustration) © Radio France - Thierry Colin

"C'est une très bonne nouvelle" se réjouit Céline Guilbaud gérante de la librairie Lune et l'Autre à Saint-Étienne. Désormais, les librairies et les disquaires sont considérés comme des commerces essentiels. En cas de confinement le week-end, ces boutiques pourront rester ouvertes entre 6h et 18h selon un décret publié vendredi au Journal officiel.

En novembre dernier, la librairie indépendante de la rue Pierre-Bérard de Saint-Étienne avait mis en place un click-and-collect mais cela n'était pas complètement satisfaisant : "c'était compliqué parce qu'on travaillait énormément pour un chiffre d'affaire qui était minimal donc rester ouverts est une très bonne nouvelle pour nous" reconnait Céline Guilbaud. 

Pour elle, le livre, en tant que bien culturel est effectivement essentiel "étant donné qu'on n'a plus du tout accès à la culture, ni le cinéma, ni le théâtre, il reste quoi ? On rentre chez nous, on regarde la télé ? Je pense effectivement que les gens ont besoin de se cultiver d'une autre manière et s'occuper chez soi en lisant un bon bouquin, c'est quand même plus intéressant que regarder une émission à la télé". 

Les libraires françaises ont, dès le premier confinement mené une bataille pour dire que les librairies étaient un commerce essentiel. "C'est une économie très fragile rappelle Céline Guilbaud, le fait de fermer notre librairie, moi je me suis beaucoup inquiétée. J'ai cru qu'on allait mettre la clef sous la porte. C'est pas un commerce comme les autres. On a une rentabilité qui est très faible. Et je pense que c'est pour ça qu'ils rendent ça essentiel. C'est pour que les librairies ne se cassent pas la figure". 

En 2020, les ventes des librairies ont reculé de seulement 3.3% grâce aux achats massifs des lecteurs lors des quelques mois d'ouverture avec des hausses de +32% en juin, +35% en décembre.  Mais c'est une moyenne : ce sont les plus grosses librairies qui ont subi les plus grandes pertes.  Une librairie sur cinq a accusé une baisse supérieure à 10%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess