Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nantes : les livreurs à scooter réclament l'autorisation de rouler en centre-ville

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Les coursiers dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail depuis trois semaines et la décision d'interdire l'accès du centre-ville aux scooters non-électriques. Ils rencontrent la mairie ce mardi 30 mars.

Place de la Bourse, Cours des 50 otages ou au pied du Château des ducs de Bretagne à Nantes. Les livreurs obligés de rester hors de l'hypercentre avec leur deux-roues
Place de la Bourse, Cours des 50 otages ou au pied du Château des ducs de Bretagne à Nantes. Les livreurs obligés de rester hors de l'hypercentre avec leur deux-roues © Radio France

Les livreurs nantais réclament de pouvoir revenir en scooter dans le centre-ville. Depuis trois semaines, la mairie leur interdit l'accès s'ils ne roulent pas à l'électrique pour réduire les nuisances sonores, les accidents de piétons et la pollution dans l'hypercentre. Mais l'arrêté passe mal chez les coursiers. A commencer par les livreurs de repas, et ils doivent justement rencontrer des élus de la Ville, ce mardi 30 mars à 17 heures pour en discuter. Ils espèrent bien avoir gain de cause.

Une perte de temps et d'argent pour les livreurs

Garés place de la Bourse, Cours des 50 otages ou au pied du Château des ducs de Bretagne. Ils sont plusieurs dizaines de livreurs à attendre une commande sur le siège de leur scooter. Ricky s'apprête à aller chercher la sienne à pied dans le centre, "Pour aller chercher une commande, au lieu de prendre 10 minutes ça prend un quart d'heure".

Les livraisons sont plus longues, ce qui fait perdre du temps et de l'argent aux coursiers nantais, selon lui. "Une personne qui fait normalement 100 euros par jour se retrouve autour de 70 euros."

Des créneaux autorisés pour rouler dans le centre ?

Une mesure qui touche aussi les restaurateurs, comme cette enseigne de hamburgers près de la Place royale. Evy est le responsable, "Nous on a les commandes qui attendent plus longtemps à l'intérieur du restaurant. Forcément on a des produits qui sont moins frais. En tant que restaurateurs, on constate qu'il y a une baisse de qualité du service".

Tous ont bien conscience que le va-et-vient de scooters dans l'hypercentre nantais exaspère les piétons, mais pour Ricky il y a des solutions, "Moi je comprends mais avec le couvre-feu il y a des heures où il n'y a personne dans le centre". Les livreurs reçus à la mairie ce mardi après-midi proposeront notamment l'instauration de créneaux pour pouvoir traverser le centre-ville sur leur deux-roues, entre 10h et 14h30 et entre 18h30 et 22h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess