Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les locataires des jardins familiaux de Montpellier dénoncent des dégradations récurrentes

-
Par , France Bleu Hérault

Depuis plusieurs années, les jardins familiaux Grand Grès sont la cible de dégradation et de vols. Ce week-end quatre parcelles ont brûlé après un incendie, dont l'origine est inconnue. Les locataires n'en peuvent plus.

L'incendie a ravagé la parcelle de Mustafa, locataire des jardins familiaux depuis presque 5 ans.
L'incendie a ravagé la parcelle de Mustafa, locataire des jardins familiaux depuis presque 5 ans. © Radio France - Elena Louazon

Montpellier, France

"Là, il y avait les tomates, là de la menthe, prêtes à être cueillie", se lamente Mustafa en montrant ce qui n'est plus que des cendres. Dans la nuit de dimanche, sa parcelle du jardin familial Grand Grès, près du domaine de Grammont à Montpellier, a entièrement brûlé. "Maintenant, il n'y a plus rien... que de la fumée... tout est calciné".

Des vols réguliers

Au total, quatre parcelles ont été détruites sur les soixante-seize du jardin. Pour les locataires, c'est la dégradation de trop. Depuis plusieurs années, ils constatent régulièrement des vols et des dégradations dans leur jardin, coincé entre une autoroute, une carrière et des champs qui accueillent régulièrement campements et festivals.

"La mairie nous avait installé deux tables scellées dans le sol, au bout d'un mois, l'une des tables a disparue, sciée à la base", se rappelle en soufflant Monique, locataire d'une parcelle. Entre jardiniers, on s'échange les histoires de vol de matériel, de serrures forcées, et de cultures pillées. A tel point que plusieurs, dont Mustafa, ont installé des barbelés autour de leur parcelle

Yolande, l'une des locataires, aurait voulu ne pas en arriver là. "C'est impensable dans des jardins familiaux d'avoir des barbelés comme ça partout..et de ne pas être en sécurité malgré ces barbelés". L'an dernier, ses récoltes avaient été volées avant qu'elle puisse les cueillir. 

Sécuriser les lieux

Épuisée par les vols, Monique a carrément décidé de rendre sa parcelle, touchée aussi par les flammes, sans attendre. "Déjà l'année dernière j'avais été un peu dégoûtée d'avoir tout volé donc je m'étais posée la question? J'avais eu beaucoup de mal à reprendre. Je me suis remotivée cette année et j'ai repris mais avec ce qu'il se passe là....c'est définitif. J'ai même plus envie."

Depuis plusieurs mois, ils demandent à la mairie des mesures de sécurisation : caméras de surveillance ou enclos de protection. Henri de Verbizier, adjoint en charge du dossier, précise qu'il n'avait pas entendu parler de ces vols systématiques. "Ces jardins familiaux, c'est un lien multigénérationel, c'est un lien social. Ça me choque qu'on détruise le travail de ces personnes". L'élu promet une surveillance accrue autour des parcelles. Il doit rencontrer les locataires dans les prochains jours pour trouver des solutions avec eux.