Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les maires ruraux de la Marne redoutent une disparition des petites communes

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

L'association des maires ruraux de France grognent contre la loi NOTRe, qui aboutira selon eux à la disparition des petites communes au profit des intercommunalités. Une centaine de maires de la Marne ont rejoint le mouvement.

La commune de Ville en Tardenois en deuil
La commune de Ville en Tardenois en deuil - Thierry Barba

"L'Etat veut tuer nos communes" . Quelques mots sur une pancarte, ainsi que des panneaux d'entrée de communes barrés d'un crèpe noir, les maires ruraux ont décidé de montrer leur mécontentement envers la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), actuellement en discussion au Parlement.

"Il n'y aura plus de proximité avec le citoyen"

Ce texte, qui créera les nouvelles grandes régions, prévoit aussi une montée en puissance des intercommunalités en relevant leur seuil de 5 000 à 20 000 habitants et en augmentant le nombre de leurs compétences obligatoires.

"Ce n'est plus l'intercommunalité qui va servir les communes, mais les communes qui vont servir l'intercommunalité" , réagit Thierry Barba, maire de Ville-en-Tardenois dans la Marne. Et il ajoute :

"Les gens connaissent le maire, ils ont un souci ils viennent à la mairie, avec cette loi le pouvoir se déplace et on éloigne les citoyens des décisions"

L'un des arguments des partisans de la loi NOTRe est celui des économies. Un "faux argument" selon Thierry Barba : "Un maire touche 250-300 euros d'indemnités alors qu'il est disponible 24h/24. Plus c'est gros, plus ça coûte cher et plus il y a du laxisme parce que personne ne se sent concerné" .

Environ 10 000 maires ruraux, dont une centaine de marnais, ont déjà rejoint le mouvement de grogne lancé par l'Association des Maires Ruraux de France et ils promettent que les panneaux à l'entrée de leurs communes ne sont qu'un début.

Thierry Barba, le maire de Ville en Tardenois

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess