Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : tous les marchés désormais interdits pendant la période de confinement

-
Par , France Bleu Paris
France

Nouveau durcissement lié aux règles de confinement annoncées par le Premier ministre : les marchés couverts et de plein air sont désormais interdits.

Les marchés à ciel ouvert désormais interdits pendant la période de confinement
Les marchés à ciel ouvert désormais interdits pendant la période de confinement © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Le gouvernement durcit ses mesures contre la propagation du coronavirus. Les marchés en plein air ainsi que les marchés couverts seront fermés à partir de ce mardi, a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe ce lundi 23 mars au soir, ajoutant que des dérogations seront toutefois accordées.

"Le temps du confinement peut durer encore quelques semaines", et "ses règles seront plus strictes"  a annoncé du Premier ministre, Édouard Philippe, dans le journal télévisé de TF1 hier soir.

Après une semaine de confinement, beaucoup de Français ne respectent toujours pas les règles, raison pour laquelle le gouvernement prend de nouvelles décision. L'une d'elles concerne les marchés désormais fermés au public. "Mais il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger cette interdiction".

Pourquoi cette possibilité de demande de dérogation ?

Il s'agit de permettre aux habitants des petites communes d’avoir toujours accès à des produits frais.  

Autre raison : pénaliser le moins possible les producteurs locaux (maraîchers, éleveurs...), et faire en sorte qu’ils puissent continuer à vendre leur production.

D’ailleurs les syndicats agricoles ont très vite réagi ce lundi soir après l’annonce du Premier ministre, afin d’encourager les maires à faire des demandes de dérogation : "Maintenir des marchés de plein air est essentiel", disent, dans un communiqué commun la FNSEA, les Jeunes agriculteurs et l'Assemblée permanente des chambres d’agriculture. Ils encouragent la mise en place des mesures de protection maximales sur les marchés. "A ces conditions, le risque de contamination n’est pas plus élevé que dans les autres formes de commerce", assurent-ils, affirmant même que cela permettrait d’éviter "les regroupements de consommateurs propices à la propagation du virus".

La ville de Paris ne demande pas de dérogation

Aussitôt après l'allocution d'Edouard Philippe, Anne Hidalgo, maire de Paris, ainsi que son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, ont fait savoir, lundi soir, que la ville ne demandera pas de dérogation pour ses marchés parisiens. 

Dans la journée de lundi, avant la maire de Paris Anne Hidalgo avait déjà saisi le préfet de police de Paris, Didier Lallement, pour "évaluer l'ensemble des risques" et "prononcer dès ce mardi, le cas échéant, la fermeture des marchés qui poseraient problème", notamment ceux de Barbès et Belleville.

La capitale compte plus de 80 marchés alimentaires. 

Le marché de Barbès le 18 Mars 2020, 2è jour de confinement imposé pour luter contre l'épidémie de Coronavirus
Le marché de Barbès le 18 Mars 2020, 2è jour de confinement imposé pour luter contre l'épidémie de Coronavirus © Radio France - Matthieu Mondoloni
Choix de la station

À venir dansDanssecondess