Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Les marchés veulent rester ouverts en Corrèze et en Haute-Vienne

Par

Les marchés sont désormais interdits dans le cadre du confinement. Seule les communes qui auront demandé et obtenu par la préfecture des dérogations pourront conserver les leurs. Ce que la plupart ont fait d'ailleurs notamment en Limousin

La ville de Brive demande une dérogation pour ses deux marchés principaux et sa halle alimentaire La ville de Brive demande une dérogation pour ses deux marchés principaux et sa halle alimentaire
La ville de Brive demande une dérogation pour ses deux marchés principaux et sa halle alimentaire © Radio France - Nicolas Blanzat

L'annonce faite ce lundi soir par le Premier ministre de fermeture immédiate de tous les marchés de plein air suscite beaucoup d'inquiétudes. Moi derrière j'ai des producteurs, explique Philippe Demai qui vend laitages et œufs frais sur les marchés en Corrèze chaque semaine. "Les poules de mes producteurs pondent toujours des œufs, les vaches, les chèvres, les brebis font toujours du lait. Qu'est-ce qu'on fait de tout ça, qu'est-ce que je fais des formages qui sont dans les chambres d'affinage". En dehors des marchés Philippe Demai n'a aucun autre point de vente.

Publicité
Logo France Bleu

De meilleures conditions que dans certaines grandes surfaces" Christophe Caron, maire de Meyssac

A Meyssac le maire a fait la demande de dérogations dès le mardi matin. Il y a certes des supermarchés dans la commune mais le marché complète bien l'offre commerciale. Et Christophe Caron précise que le marché, les mardis et vendredis, draine beaucoup de monde, "au-delà de Meyssac"

Il ne comprend pas la décision de les fermer. "Il n'y a plus déjà que l'alimentaire donc c'est un marché très fluide" ajoute le maire en soulignant que les commerçants ont pris toutes les dispositions pour limiter les risques de contamination. "Le marché se tient dans de bonnes conditions meilleures même sans doute que dans certaines grandes surfaces". Philippe Demai estime même qu'il est plus facile de sécuriser un marché qu'une grande surface où l'on ne peut pas vraiment contrôler que les clients respectent les règles. "On se trompe de cible" selon lui. 

Des critères stricts

Les préfectures ont dès ce mardi commencé à instruire les demandes de dérogations. Elles ont des critères pour prendre leurs décisions, comme l'éloignement des supermarchés et les aménagements qui ont été réalisés ou qui le seront par les communes pour éviter toute contamination. Les premières dérogations ont été accordées ce mardi, notamment pour les marchés qui ont lieu le mercredi. C'est le cas de Tulle. 

A Brive, la dérogation est aussi acceptée pour le marché couvert (halle gaillarde) et les trois marchés en plein air (Guierle, Thiers et Tujac) et notamment celui place de la Guierle le samedi qui rassemble environ 300 producteurs de produits alimentaires. Limoges a demandé à garder les marchés du Vigenal et de la Bastide les mardis et vendredis ainsi que les halles centrales et Carnot du mardi au samedi matin.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu