Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les médecins de Limoges testent un système d'alerte inédit pour les agressions

mercredi 27 juin 2018 à 19:29 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu

Les médecins de Haute-Vienne, mieux protégés grâce à un dispositif expérimenté à Limoges. Un bouton poussoir leur permet d'avertir en cas de menace ou d'agression. L'alerte est alors envoyée simultanément au SAMU et au commissariat, ce qui est unique en France.

Les alertes arrivent directement sur les écrans de Police Secours, avec le numéro du médecin agressé et un lien pour le géolocaliser
Les alertes arrivent directement sur les écrans de Police Secours, avec le numéro du médecin agressé et un lien pour le géolocaliser © Radio France - Nathalie Col

Limoges, France

Un dispositif d'alarme pour les médecins est testé depuis début juin en Haute-Vienne. C'est un système inédit en France, qui permet de prévenir simultanément le SAMU et la police en cas  d'agression ou de menace. Il suffit d'un geste et l'alerte arrive sous forme de mail, contenant le nom et le numéro de téléphone du praticien en difficulté, ainsi qu'un lien pour le géolocaliser.

On a un peu détourné une application faite au départ pour géolocaliser les chiens de chasse perdus - Dr Eric Rouchaud, référent sécurité de l'ordre des médecins en Haute-Vienne

Depuis des années déjà, les médecins pouvaient demander à être accompagnés par la police ou les gendarmes pour des visites en zone sensible ou avec des patients agressifs. Mais les tensions ne s'anticipent pas toujours et peuvent survenir partout. D'ailleurs "65% des agressions verbales ou physiques se produisent dans nos cabinets" précise Eric Rouchaud, le médecin Limougeaud qui a passé deux ans à développer ce dispositif.

Objectif : rassurer et intervenir plus vite en cas de problème

Actuellement, une quarantaine de médecins sont équipés du dispositif à Limoges. Il s'agit de ceux qui assurent les gardes et le système leur est fourni gratuitement. Le but est avant tout de les rassurer car "les agressions ne sont pas très nombreuses en Haute-Vienne, mais le sentiment d'insécurité existe pour les médecins" précise encore Eric Rouchaud. En 2016 et 2017, il y a ainsi eu seulement 18 signalements d'agressions verbales ou physiques faits auprès de l'ordre des médecins. En général, environ la moitié débouchent sur une plainte. Mais en cas de d'alerte, la police pourra rapidement mobiliser la patrouille la plus proche, et les agents interviendront dès que le SAMU aura confirmé qu'il y a un problème. Le SAMU qui a accepté de gérer ces appels gratuitement.

Le système pourrait être généralisé dans toute la Haute-Vienne fin 2018

A partir de mi-juillet, ce dispositif devrait être proposé à tous les médecins de Limoges intra-muros qui le souhaitent. En revanche, l'installation sera peut-être payante pour eux (environ 80 euros) sauf si des subventions viennent couvrir ces frais d'ici là. Et le but est de le généraliser à toute la Haute-Vienne en décembre.