Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon

Les Ménuires : les futurs champions de ski s’affrontent

vendredi 30 mars 2018 à 18:34 Par Bleuette Dupin, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

C'est LE week-end de détection des futurs champions tricolores de ski depuis 24 ans : le SkiOpen Coq d’Or organisé chaque année par les écoles de ski ESF se déroule cette année aux Ménuires, avec les finales ce samedi.

1 500 jeunes skieurs de 10 à 14 ans s'affrontent depuis mercredi et jusqu'à ce samedi aux Ménuires
1 500 jeunes skieurs de 10 à 14 ans s'affrontent depuis mercredi et jusqu'à ce samedi aux Ménuires - Agence Zoom

Les Menuires, Saint-Martin-de-Belleville, France

Les champions de ski tricolores, Jean-Baptiste Grange, Tessa Worley, Adrien Théaux, Brice Roger - entre autres- sont passés par le SkiOpen Coq d’Or. Le premier vainqueur du SkiOpen Coq d’Or en 1994, c’est Gauthier de Tessières. Le vice-champion du monde de SuperG avait 13 ans quand il s'est imposé sur le SOCO.

Les épreuves se déroulent chaque année sur quatre jours dans une station : 1 500 jeunes sont présents. Ils sont âgés de 10 à 14 ans sont issus des 1 500 clubs de la Fédération française de ski mais aussi des 250 écoles de ski ESF qui ont repéré tout au long de la saison ces « graines de champion » dans leurs cours. Cette dernière formule permet de donner leur chance à des « non montagnards ».

Dans l'aire d'arrivée, de nombreux parents, concentrés. - Maxppp
Dans l'aire d'arrivée, de nombreux parents, concentrés. © Maxppp - Bleuette Dupin

Dans l’aire d’arrivée, de nombreux parents qui viennent de loin parfois. Les parents de Victoria et Hugo, 11 ans, en ski-étude à Saint-Etienne-de-Tinée, vivent entre Nice et Auron et suivent leurs enfants sur les épreuves. Les papas encouragent, les mamans croisent les doigts pour que leur progéniture choisissent les disciplines techniques. Elles appréhendent la descente, avec des pointes de vitesse autour de 150 km/h. De toute façon c’est trop tôt pour décider, ils verront dans trois ou quatre ans. « Tout ce qui m’importe c’est qu’il s’amuse, qu’il profite, après on verra », dit la maman d’Hugo.

"Qu'ils s'amusent, qu'ils profitent et après on verra", dit la maman d'Hugo, 11 ans, en ski-étude à Saint-Etienne-de-Tinée

Dans l’aire d’arrivée, on croise aussi Chloé, Marion, Baptiste, Clément, du Ski Club de Bellevaux (Les Portes du Soleil). Certains veulent en faire leur métier, d’autres ne savent pas encore. Ce qui compte pour l’heure c’est l’ambiance. « On s’amuse bien, on rigole bien, dit Marion. Chloé ajoute que ce qu’elle aime dans le ski c’est « être tous ensemble, regarder nos résultats, encourager celle qui passe, et féliciter celle qui finit sur le podium ».

Le directeur de l’ESF des Ménuires qui organise cette 24ème édition du SkiOpen Coq d’Or Jean-Baptise Lainé confirme :« On a besoin d’avoir un état d’esprit de groupe. On a des hauts et des bas. On voit que les clubs ou les ESF qui arrivent à sortir des champions sont ceux qui parviennent à créer une ambiance de groupe et une émulation ».

Le ski alpin, un sport individuel? Pas seulement.