Société

Pollution : les mesures de restriction de circulation reconduites jeudi dans l'agglomération grenobloise

Par Laurent Gallien, France Bleu Isère et France Bleu mercredi 14 décembre 2016 à 16:40

Les restrictions de vitesse et de circulation restent en place
Les restrictions de vitesse et de circulation restent en place © Maxppp -

Alors que le taux de particules fines atteint encore une moyenne de 54 microgrammes par mètre cubes d'air dans le bassin grenoblois, les mesures de restrictions de circulation et de gratuité des transports en commun sont maintenues dans les même conditions que celles en vigueur depuis mardi.

Voilà dix jours maintenant que la pollution aux particules fines touche le bassin grenoblois. Les conditions météorologiques inchangées, avec cet anticyclone qui empêche la dispersion des polluants, font que rien n'a vraiment bougé depuis le mardi 6 décembre. Le taux de particules fines dans l'air dépasse juste les 50 µg/m3.

À ce niveau "d'information", la Métropole grenobloise avait décidé d'abaisser la vitesse de 20 km/h sur son territoire. Depuis le samedi 10 décembre, les mesures ont été plus restrictives : les voitures de plus de 20 ans, les poids lourds et autocars antérieurs à 2001et les deux-roues datant d'avant 2000, n'auraient pas le droit de circuler dans les 49 communes de la métropole grenobloise, ni sur les axes autoroutiers y menant.

Depuis mardi enfin, les règles sont devenues encore plus restrictives : interdiction de circuler pour les voitures essence immatriculées avant le 1er janvier 1997, les voitures diesel immatriculées avant le 1er janvier 2006, soit 26% du parc automobile du secteur. Les poids lourds, bus et autocars essence immatriculés avant le 1er octobre 2001 sont également concernés ainsi que les poids lourds, bus et autocars diesel immatriculés avant le 1er octobre 2009. Les deux-roues immatriculés avant le1er juillet 2004 (véhicules non classés et classés certificat 4 et 5) sont aussi bannis de la circulation.

La gratuité des transports en commun, mise en place depuis mardi 13 décembre, a été reconduite sur les réseaux de l'agglomération grenobloise, du Pays du Grésivaudan, du Pays Voironnais et depuis mercredi sur certaines lignes du département.

Après une période de réticence le département, qui n'a pas signé le protocole qui lie Métro, Pays du Grésivaudan et Préfecture, a décidé de tester la mesure "jusqu'à la fin de l'épisode" précise le vice-président aux transports Jean-Claude Peyrin, "sur les zones A et B", autrement dit "les lignes qui circulent entre la Métropole, le Pays du Grésivaudan et le Pays Voironnais". La crainte principale du département c'est dit-il " la surcharge d'autocars qui passeraient alors sous le nez des usagers (y compris abonnés et habitués) sans qu'ils puissent monter à bord". "Il n'y a pas la même fréquence que sur des tramways" précise l'élu, qui dit également "réfléchir à un système de renforcement des lignes", "qui reste compliqué" parce que le Conseil Départemental fait appel à plusieurs opérateurs qui n'ont pas forcément des réserves d'autocars et qu'il faudrait alors en passer par des modifications horaires.

Pourquoi le Département n'a pas proposé la gratuité avant, par le vice-président aux transports Jean-Claude Peyrin

À lire aussi

  - Visactu
© Visactu -