Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les migrants ont quitté l'ancienne piscine de La Talaudière

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Comme ils s'y étaient engagés, les migrants hébergés depuis le mois d'avril dans l'ancienne piscine de La Talaudière (Loire) ont quitté les lieux jeudi. Sans solution de repli.

Après avoir quitté la piscine, les migrants se sont réunis devant la SPADA de la Loire à Saint-Étienne Grouchy.
Après avoir quitté la piscine, les migrants se sont réunis devant la SPADA de la Loire à Saint-Étienne Grouchy. © Radio France - Tifany Antkowiak

La Talaudière, France

Ils ont passé presque toute la journée de jeudi à attendre devant les locaux de la Structure de premier accueil des demandeurs d’asile de la Loire (SPADA), à Saint-Étienne Grouchy. Les migrants hébergés depuis avril dans l'ancienne piscine de La Talaudière (Loire) ont, comme prévu, quitté les lieux en ce 31 octobre. Mais sans solution de repli. 

Ramon est membre du Collectif des occupants de la Bourse du travail, qui vient en aide à ces migrants. Il explique qu'il n'était plus possible de rester à la piscine de La Talaudière : "on a réussi à passer quelques mois à l'abri grâce à la formidable hospitalité de la municipalité de La Talaudière, notre collectif avait d'abord sollicité la mairie pour occuper ce lieu deux mois, les solutions ne venant pas on a repoussé, repoussé mais on avait à coeur de rendre ce lieu parce que premièrement c'est très, très difficile pour vivre et deuxièmement, il est normal de rendre ce lieu à un moment donné". 

Après plusieurs mois passés dans cette ancienne piscine, une quarantaine de migrants, venus d'Angola et du Nigéria notamment, se retrouve donc à la rue ce vendredi. Ramon précise que quelques familles, avec des femmes enceinte notamment, ont été relogées par la préfecture de la Loire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu