Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les militaires patrouillent place Plumereau, à Tours : les passants partagés entre soulagement et inquiétude

vendredi 29 juillet 2016 à 16:33 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Les militaires sont désormais bien visibles dans les rues de Tours, et sur les sites les plus fréquentés d'Indre-et-Loire. Le préfet Louis Le Franc a suivi une patrouille dans un des lieux les plus fréquentés d'Indre-et-Loire : la place Plumereau à Tours

Les soldats sont accompagnés d'une policière municipale
Les soldats sont accompagnés d'une policière municipale © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire

Depuis le 27 juillet et jusqu'à 31 aout, 70 militaires sont basés à Tours dans le cadre de l'Opération Sentinelle. Au total, 120 soldats sont répartis entre notre département et les départements voisins de la Sarthe et du Maine-et-Loire. Le préfet d'Indre-et-Loire décide de la répartition des troupes en fonction des différents évènements.

Louis Le Franc a suivi vendredi matin une patrouille militaire sur la place la plus emblématique de Tours, la place Plumereau.

Reportage sur les soldats en patrouille place Plumereau

"C'est un signe de plus que les temps ont changé" dit une passante

Les tourangeaux attablés aux terrasses des cafés ont, eux aussi, constaté cette forte présence militaire.

Céline Mémeteau est serveuse au café "Le Temps des Rois". Elle résume très bien le sentiment général place Plumereau...

"Ca rassure mais la vue des militaires fait peur, aussi"