Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Plusieurs dizaines de mineurs isolés laissés dans des hôtels" B.Lebrun de RESF en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

VIDEO : Bernard Lebrun, porte-parole de RESF en Sarthe fait le point sur l'accueil des migrants isolés en Sarthe.

Bernard Lebrun, porte-parole de RESF en Sarthe
Bernard Lebrun, porte-parole de RESF en Sarthe © Radio France - Patrice Lapoirie Maxppp / Christelle Caillot

Le Mans, France

Bernard Lebrun, porte-parole de RESF en Sarthe était notre invité ce vendredi sur France Bleu Maine. Il doit intervenir au près des jeunes sur une action sur les droits de l'enfant à l'arche de la nature ce jour (vendredi 10.02). L'occasion pour nous de faire le point sur l'accueil des migrants isolés.

Un message de réflexion

"Je pense que je vais inviter les jeunes à réfléchir" nous dit Bernard Lebrun, porte-parole de RESF en Sarthe. À réfléchir entre la situation réelle, la réalité juridique, et le vécu sur le terrain. Il faut faire voir que dans un pays qui porte l'histoire des droits de l'homme et donc des droits de l'enfant, il peut y avoir des contradictions entre le droit formel et la réalité".

L'accompagnement des mineurs

"Chaque semaine, de nouveaux jeunes mineurs isolés arrivent en Sarthe" rajoute Bernard Lebrun. "On les aide dans la mesure où on les connait et on les rencontre mais ils sont sous la responsabilité du conseil départemental au titre de la protection de l'enfance. Certains sont accueillis dans des associations mais d'autres peuvent être à l'hôtel en attente. Et nous avons constaté ces derniers temps que certains de ces jeunes ont un accompagnement relativement réduit, un peu laissés à eux-mêmes. Ce n'est pas la faute des travailleurs sociaux ou de l'aide sociale à l'enfance mais il y a un manque de moyens. Quand on voit qu'il y a plusieurs dizaines de jeunes laissés à l'hôtel, il doit y avoir l'accompagnement éducatif à la hauteur.