Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Les Niçois appelés à confier leurs souvenirs de la Grande Guerre aux archives

mardi 6 novembre 2018 à 6:01 Par Hugo Charpentier, France Bleu Azur

Dans le cadre des commémorations de l'armistice de la première guerre mondiale, les Niçois sont appelés à confier leurs souvenirs aux archives. Un ultime appel avant le 11 novembre...

La France célèbre cette année le centenaire de la Première Guerre mondiale
La France célèbre cette année le centenaire de la Première Guerre mondiale © Radio France

Nice, France

Cette grande collecte nationale a été lancée il y a cinq ans, en 2013. Mais à Nice, le bilan est pour l'instant bien maigre. Maigre mais précieux : les archives municipales ont récupéré au total une dizaine de dons. Des fonds désormais bien conservés dans des magasins d’archives où les documents sont anonymisés et stockés dans des boîtes. Dans ces boites, essentiellement des médailles et des lettres. 

Des documents précieux

Des lettres comme celle du soldat Chambon, écrite avant de partir au front, le 3 septembre 1914. "Il a donné cette lettre à sa femme lors de son départ en gare de Nice avec écrit dessus : 'à n'ouvrir qu’après ma mort'", raconte Marion Duvigneau, cheffe du service des archives de la ville de Nice. Isidor Chambon mourra le 30 décembre de la même année dans les Vosges.

Enrichir la mémoire collective

Au total, 3.600 Niçois périront pendant la Grande Guerre. La plupart tomberont dès les premiers jours de la guerre en Moselle "lors de la bataille de Morhange, explique l'archiviste. Une grosse bataille qui a été catastrophique pour les Niçois." Cette lettre d'Isidor Chambon, son petit fils a accepté de la léguer aux archives en 2014. "C'était un moment fort, se souvient Marion Duvigneau. Et ensuite ça faisait partie des pièces qui ont été exposées en 2014 quand on a voulu parler du basculement de la guerre". Numérisée, celle lettre est désormais accéssible sur le site centenaire.nice.fr.