Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les nids de guêpes pullulent cet été en Moselle, "la deuxième année exceptionnelle en trois ans"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Le manque de gelées durables cet hiver provoque la multiplication des nids de guêpes cet été en Moselle. Et les forts écarts de température du printemps les poussent sur nos toitures. Explications avec un professionnel.

Alexis Licht, de Guêpes-Frelons 57, en intervention à Saulny en Moselle.
Alexis Licht, de Guêpes-Frelons 57, en intervention à Saulny en Moselle. © Radio France - Marc Bertrand

C'est son énième coup de sonnette de la journée. Alexis Licht, sapeur-pompier professionnel installé à Bouzonville, a comme deuxième emploi celui de "désinsectiseur", avec sa société Guêpes-Frelons 57. Ce matin-là, il arrive chez une cliente de Saulny qui l'appelle... pour la deuxième fois en dix jours : "On a déjà eu un premier nid sur la piscine", explique-t-elle. Un second s'est développé sous les tuiles du toit. 

Hiver trop doux, grosse année pour les guêpes

"Le bruit, c'est comme des crépitements dans la chambre de mon fils", explique la dame. "C'est parce qu'elles sont en train de creuser. Le nid devient conséquent, donc elles sont en train de sortir la laine de verre et les autres isolants", explique Alexis Licht : "Le printemps a eu des températures relativement bonnes le jour, et froides la nuit. Les guêpes ont fait leur nid pour s'isoler la nuit, elles sont beaucoup allées sous les toitures dans les tuiles". 

C'est le froid qui tue les reines l'hiver. Et on n'a pas eu d'hiver, et de grosses chaleurs actuellement. Dès qu'il y a un coup de chaud, les guêpes s'activent et les gens nous appellent.

Cette année, le professionnel a trois fois plus d'appels qu'une année normale : "On fait jusqu'à 15 ou 20 interventions par jour", assure Alexis Licht. Une année record ? "Non, mais une très grosse année quand même. Et c'est la deuxième en trois ans". La faute à des hivers trop doux : "C'est le froid qui tue les reines l'hiver. Et on n'a pas eu d'hiver, et de grosses chaleurs actuellement. Dès qu'il y a un coup de chaud, les guêpes s'activent et les gens nous appellent". 

Les années "exceptionnelles" bientôt la norme ?

Pour le professionnel, la prolifération des guêpes est un des effets visibles du climatique : "Ce qu'il faudrait, ce serait de vraies saison avec des -10, -15 sur plusieurs semaines, qui réduiraient fortement la reproduction des insectes. Malheureusement, on n'a plus ces températures sur des laps de temps suffisants". Pour un nid de guêpes, le professionnel facture une centaine d'euros, voire 150 quand il est situé à une certaine hauteur. 

On peut également appeler les pompiers pour se débarrasser d'un nid de guêpes. Mais depuis plusieurs années, c'est un service payant en Moselle, et les tarifs sont beaucoup plus élevés que pour les privés, à partir de 175 euros et un supplément de 200 euros s'il faut prendre la grande échelle. Les pompiers cherchent ainsi à se désengager de ce type d'intervention, qui leur prend du temps qui pourrait être dévolu au secours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess