Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

14 soldats de nos deux Charentes morts en opérations extérieures honorés

-
Par , France Bleu La Rochelle

Les noms de 14 soldats de nos deux Charentes tués lors d'opérations extérieures à l'étrangers sont inscrits sur le mémorial inauguré par Emmanuel Macron en ce 11 novembre à Paris.

En 2011, une première plaque pour les soldats morts en opérations extérieures avait été posée dans le parc André Citroën (Paris)
En 2011, une première plaque pour les soldats morts en opérations extérieures avait été posée dans le parc André Citroën (Paris) © Maxppp - Ian Langsdon

Charente-Maritime, France

Ils sont "morts pour la France". 14 soldats tués dans des opérations extérieures reposent dans les cimetières de Charente et Charente-Maritime. Leurs noms sont inscrits sur le mémorial qu'inaugure en ce 11 novembre Emmanuel Macron dans le parc André Citroën à Paris comme ceux de 549 militaires français ainsi honorés. Jusqu'à présent, il n'existait pas de monument pour les soldats morts, en dehors de nos frontières, hors période de guerre. 

Un devoir de mémoire 

"Il y avait juste une plaque aux invalides" rappelle Jean-François Buil, qui assistera à la cérémonie. Son fils Damien est l'un des 10 soldats tués dans une embuscade des Talibans à Uzbin le 19 aout 2008, lors d'une patrouille de reconnaissance de la Force Internationale d'Assistance et de Sécurité composée de soldats français, afghans et américains. "Une plaque dans un couloir où était écrit Opex" souligne Jean-François Buil qui vit à Montendre en Charente-Maritime. "Dernièrement nous y sommes allés nous recueillir, c'était un peu léger. Maintenant il y a un monument, _c'est la reconnaissance de l'Etat_, il fallait le faire". Ce mémorial obéit à un devoir de mémoire pour Jean-François Buil "La mémoire, c'est les faire revivre. Notre fils est décédé il y a 11 ans, mais c'est comme si c'était hier". 

Ces soldats étaient oubliés, alors qu'ils sont morts aussi pour la France - Thierry Jardry gravement blessé à Bouaké en 2004. 

"En opération extérieure, on est soldat de la paix" explique Thierry Jardry un ancien du Régiment de Chars Infanterie de Marine à Poitiers qui vit aujourd'hui à Fléac en Charente. Il a été gravement blessé à Bouaké en Cote d'Ivoire en 2004, alors que 5 de ses camarades de régiment étaient tués. "Ils se sont donnés pour la France et il n'y avait rien de fait jusqu'à présent". Alors ce mémorial, pour lui, c'est "un juste retour des choses". 

Les 14 militaires honorés : 

  • Rémy Claude Basset (6ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine), tué le 3 mars 1993 à Niamey au Tchad. Repose en Charente. 
  • Jean-Jacques Berthonneau (6ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine) tué le 2 juillet 1984 à Debaal au Liban. Repose à Rouillac en Charente.
  • Jacky Humblot (3ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine) tué le 27 mai 1995 à Sarajevo en ex-Yougoslavie. Repose à Angoulême en Charente.
  • Matthieu Gaudin (3ème régiment d'Hélicoptère de Combat) tué le 16 juin 2011 en Afghanistan dans le crash de son hélicoptère. Repose à Confolens en Charente.
  • Benjamin Bourdet (forces spéciales, compagnie des fusillers marins de l'Ile Longue) tué le 14 juillet 2011 à Shekut en Afghanistan, pris sous le feu d'un tireur embusqué lors de l'opération Pamir. Repose au Bois Plage en Ré en Charente-Maritime
  • Damien Buil (8ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine) tué le 19 aout 2008 à Uzbin en Afghanistan dans une embuscade des talibans avec 9 autres soldats français. Repose à Montendre en Charente-Maritime 
  • Jean-Jacques Bordas (17ème régiment du Génie Parachutiste) tué le 6 juillet 1983 à Beyrouth au Liban avec 5 autres soldats français, ensevelis sous un immeuble qui s'est écroulé alors qu'ils allaient le faire imploser. Ils menaient une mission de dépollution pour la population. Repose à Saintes en Charente-Maritime
  • Florian Morillon (1er Régiment de Chasseurs Parachutistes) tué le 18 juin 2011 à Kaboul en Afghanistan lors d'une patrouille. Repose à Saintes.
  • Aymeric Grimard (3ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine) agé de 24 ans, mort le 14 juillet 2006 à Bordeaux, foudroyé par une maladie tropicale de retour de mission en Côte d'Ivoire.  
  • Benoit Bontemps (Régiment d'Infanterie de Chars de Marine) tué le 6 février 1984 à Beyrouth au Liban alors qu'il participait à la Force Multinationale de Sécurité. Il a été mortellement frappé par une bombe tombée sur son abri. Né à Rochefort, repose à Champagne en Charente-Maritime. 
  • Christian Mondon (Gendarmerie), tué le 29 octobre 1987 à Beyrouth au Liban par deux hommes qui tiraient à bout portant. Né à Royan, repose à Royan.
  • Raymond Renaud (1er Régiment de Chasseurs Parachutistes), tué le 23 octobre 1983 à Beyrouth au Liban avec 57 autres parachutistes français victimes d'un camion piégé. Ils ont été ensevellis sous l'immeuble le Drakkar dans lequel ils étaient hébergés. Né à Saint Jean d'Angely, repose à Nantillé.
  • Louis Chalier (Base aérienne 124 de Strasbourg) tué le 23 octobre 1983 à Beyrouth au Liban dans le crash d'un avion de de la force multinationale avec 10 soldats et observateurs. Né à Rochefort, repose à Tonnay-Charente. 
  • Guillaume Pike (BA 118) tué le 6 mai 2007 à Salah el Din en Egypte, né à Saint Jean d'Angely. 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu