Société

Les chasseurs font découvrir leur passion contre les préjugés dans les Deux-Sèvres

Par Mélanie Barbotin, France Bleu Poitou lundi 17 octobre 2016 à 6:10

Les enfants découvrent la chasse à l'arc sur de fausses cibles.
Les enfants découvrent la chasse à l'arc sur de fausses cibles. © Radio France

Treillis militaires, fusils sur l'épaule... et tueurs de gibier sans défense le cliché du chasseur a la vie dure. Alors les chasseurs proposaient le 15 octobre au public d'assister à une partie de chasse. Une opération séduction dans 47 départements comme dans les Deux-Sèvres.

Arcs et flèches sur l'épaule, les chasseurs des Deux-Sèvres ont choisi de faire découvrir avant tout une autre façon de traquer et d'attraper les proies. Visiblement c'est un pari réussi. Anne, venue en famille, est séduite. " On a l'impression d'un retour aux sources, avec un côté écologique".

Cours de tirs à l'arc

Les enfants aussi se prennent au jeu. Ils ont droit à un cours gratuit de tir à l'arc sur de fausses proies en caoutchouc. Les flèches hésitantes ratent leur cible. mais qu'importe ! ils ont le sourire. Yanis, 10 ans, assistait pour la première fois à une partie de chasse et ce qui l'a marqué ce sont les animaux qu'il a pu approcher. "J'ai vu cinq lièvres et des oiseaux !" raconte-t-il les yeux brillants.

"Chasser c'est un cycle naturel"

Avec une portée de 15 mètres maximum, les chasseurs-archers doivent s'approcher très près des animaux. C'est tout l'enjeu pour Jean-François, chasseur à l'arc depuis plus de dix ans. "Chasser c'est aussi apprendre sur l'animal, connaître ses habitudes, ce qu'il mange, où il se cache, puis réussir un jour à le piéger... pour le manger. C'est un cycle naturel".

Un rôle dans la préservation de la biodiversité

Pour les chasseurs, comme Frédéric Audurier, chasseur le week-end et au bureau de la fédération des chasseurs des Deux-Sèvres la semaine, l'important c'est de montrer les multiples facettes de leur passion. "Le chasseur a un rôle important de préservation de la biodiversité. Il surveille et il alerte sur l'état des espèces".

"C'est un vrai gestionnaire"

Le chasseur ne se contente plus d'attraper des proies. "C'est un vrai gestionnaire", avoue-t-il. De son côté la législation a évolué pour sécuriser au mieux la pratique de la chasse. D'abord en instaurant un permis obligatoire avec une épreuve théorique et pratique, mais aussi en instituant un règlement strict pour éviter les accidents avec les promeneurs.

Sources : ministère de l'environnement, Office national de la chasse et de la faune sauvage - Radio France
Sources : ministère de l'environnement, Office national de la chasse et de la faune sauvage © Radio France

Partager sur :