Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les professionnels de la petite enfance de Côte-d'Or ne veulent pas de surcharge de travail

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une cinquantaine de professionnels de la petite enfance sont rassemblées devant la préfecture de Côte-d'Or, à Dijon, ce mardi 30 mars. Elles protestent contre la réforme Taquet, qui prévoit notamment de rajouter un sixième enfant par professionnelle, en crèche.

Les manifestantes remettent en question la réforme Taquet
Les manifestantes remettent en question la réforme Taquet © Radio France - Nourhane Mamhoudi

S'occuper de cinq bambins c'est déjà du sport. En ajouter un sixième, ce n'est plus tenable. Voilà ce que disent les professionnels de la petite enfance rassemblés ce mardi 30 mars devant la préfecture de Côte-d'Or à Dijon. Une cinquantaine de personnes se sont  mobilisées, des professionnels et des parents à l'appel du collectif "Pas de bébés à la consigne".  

Tous se rassemblent en protestation contre la réforme Taquet : en résumé la réforme de la petite enfance voudrait que les professionnels aient à charge six bébés contre cinq actuellement au maximum.

Cette réforme qui sera soumise au vote des députés en juin prochain inquiète beaucoup, car si elle est appliquée, ce sera sans embauches supplémentaires dans les crèches et sans augmentation de salaire, en dépit d'une charge plus conséquente. Les professionnels estiment que cela va nuire à la qualité de leur travail baisse, et que les bébés vont aussi en pâtir. Les professionnels estime que cela va nuire à la qualité de leur travail baisse, et que les bébés vont aussi en pâtir.

Une cinquantaine de professionnelles, rassemblées devant la préfecture de Côte d'Or à Dijon
Une cinquantaine de professionnelles, rassemblées devant la préfecture de Côte d'Or à Dijon © Radio France - Nourhane Mahmoudi
Choix de la station

À venir dansDanssecondess