Société

Les obsèques du père Hamel suivies avec émotion depuis Dijon

Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne mercredi 3 août 2016 à 7:44

Le cercueil du père Hamel précédé de religieux et séminaristes, le mardi 2 août à Rouen
Le cercueil du père Hamel précédé de religieux et séminaristes, le mardi 2 août à Rouen © Maxppp - Franck Castel/Wostok Press

Plus de 2.000 personnes ont assisté dans le recueillement aux obsèques du père Hamel hier à Rouen. Symbole de la stupeur encore bien palpable huit jours après l'attaque terroriste dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, qui a coûté la vie au curé de 86 ans. Cérémonie suivie depuis Dijon.

Le Vicaire général du Diocèse de Dijon Eric Millot a suivi à distance les obsèques du père Jacques Hamel, célébrées hier à Rouen devant plus de 2.000 personnes, huit jours après l'attaque terroriste à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Mais l'émotion est toujours bien présente chez lui, même s'il refuse de céder à la haine et à la peur :

"Nous avons tous été très marqués, très attristés de cette nouvelle de l'assassinat du père Hamel mais aucun de mes confrères n'a manifesté une quelconque peur. Néanmoins nous sommes très touchés parce que nous nous rendons compte que nous sommes vulnérables, nous le savons, nous constatons maintenant que nous devenons une cible pour les terroristes. Mais sincèrement je n'ai pas vu de peur dans les réactions de mes confrères. Moi non plus d'ailleurs. De toutes manière nous avons tous choisi de continuer à remplir notre mission du mieux possible. La menace s'adresse à nous mais aussi à tous les chrétiens et dans notre pays nous sommes tous susceptibles d'être des victimes du terrorisme."

La sécurité aux abords des lieux de culte : l'affaire de tous

Eric Millot revient sur les procédures mises en place depuis plusieurs mois maintenant pour assurer la sécurité des lieux de cultes dans le diocèse.

"Nous avons le souci de ne pas mettre en danger les fidèles qui viennent aux célébrations. Alors depuis les premières menaces d'attentats les services de sécurité nous ont demandé de veiller à ce qu'il n'y ait pas de sacs abandonnés ou que tous ceux qui se présentent viennent bien pour prier et célébrer. Depuis Noël dernier, nous avons été mobilisés pour que dans nos églises il y ait des personnes qui soient attentives à toutes les personnes qui rentrent."

Partager sur :