Infos

Les Pays de Savoie accueillent cette semaine plusieurs dizaines de migrants de Calais

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie lundi 24 octobre 2016 à 5:30

Le démantèlement de la jungle de Calais commence ce lundi matin à 8h.
Le démantèlement de la jungle de Calais commence ce lundi matin à 8h. © Maxppp - Tatif/WostokPress

Soixante-dix-huit personnes sont attendues cette semaine en Savoie en provenance de la jungle de Calais démantelée à partir de ce matin 8h, soixante-dix autres dans l'agglomération d'Annecy. En Auvergne Rhône Alpes, vingt-quatre sites sont prêts à accueillir une partie de ces migrants.

L'évacuation de la jungle de Calais débute ce lundi à 8h. Près de sept mille migrants qui ont fui, seuls ou en famille, le Soudan, l'Afghanistan, l’Érythrée, ou encore la Syrie se sont retrouvés regroupés là par les passeurs. Le gouvernement a décidé de démanteler cet immense bidonville et de répartir les migrants sur tout le territoire, à l'exception de l'Île-de-France et de la Corse. Ils vont être acheminés en car dès ce lundi et les jours prochains pour être accueillis dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO) créés pour l'occasion.

751 personnes attendues en Auvergne-Rhône-Alpes cette semaine

En Pays de Savoie, on ignore quel jour de la semaine ils arriveront, les préfets seront avertis quand un car quittera Calais en direction de leur département.
Aucun centre de vacances n'a été réquisitionnés dans les deux Savoie, alors que cette solution avait été évoquée un temps au plan national. A deux mois de l'ouverture de la saison de ski cette solution n'était franchement pas adaptée aux départements alpins. Les préfets ont donc regardé les solutions déjà existantes:

  • En Savoie, l'association La Sasson qui s'occupe de l'hébergement d'urgence des personnes précaires accueillera une dizaine de migrants à Aix-les-Bains. Treize personnes seront installées au centre d’accueil et d'orientation déjà existant à Aiguebelle, où actuellement sept places sur vingt sont occupées. Enfin cinquante-cinq autres personnes seront accueillies dans des logements sociaux vacants et qui ne trouvent pas preneur dans des communes de Maurienne. Le préfet s'est tourné vers les bailleurs sociaux pour recenser ces logement vacants. Il précise que les migrants auront un accompagnement social.

  • En Haute-Savoie, soixante-dix personnes seront accueillies dans l'agglomération d'Annecy dès cette semaine, et soixante-dix autres dans l'agglomération d'Annemasse à partir de novembre, dans des bâtiments "à vocation sociale", selon le préfet qui ne souhaite pas donner plus d'indications sur les lieux d'accueil. Deux opérateurs qui s'occupent régulièrement des sans-abris seront chargés de leur accompagnement. Le préfet précise que cela ne change rien à l'accueil ni au nombre de places (un millier) pour les sans-abris en Haute-Savoie. L’hébergement des migrants arrivés de Calais est prévu pour environ six mois, le temps d'examiner les demandes d'asile.

Les préfets des deux départements savoyards précisent qu'aucun élu n'a fait connaître son opposition à cet accueil, et que certains ont même au contraire manifesté leur souhait d'être commune d'accueil, sans pour autant l'être. "Les personnes qui vont arriver ont le droit d'être en France ", précise le préfet de Haute-Savoie à toutes fins utiles.

Partager sur :