Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les pelles mécaniques entrent en action pour détruire les restaurants de plage à Golfe-Juan

mercredi 31 janvier 2018 à 17:38 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu

Deux établissements de plage ont été démolis ce mercredi à Vallauris-Gofle-Juan pour non-respect du décret plage datant de 2006, et conformément à une décision du tribunal administratif de Nice. Les services de l'État ont envoyé les pelles mécaniques sur place.

La démolition des établissements de plage à Vallauris Golfe Juan a débuté mercredi
La démolition des établissements de plage à Vallauris Golfe Juan a débuté mercredi © Radio France - Marion Chantreau

Golfe-Juan, Vallauris, France

Les pelles mécaniques sont entrées en action ce mercredi matin pour démolir deux établissements situés sur la plage publique du Soleil, à Vallauris-Golfe-Juan. 

Les restaurants "Tétou" et "Vallauris plage" ont été démantelés sur ordre des services de l'État. Un troisième établissement, "Nounou", sera détruit après des travaux de désamiantage. 

Une démolition pour non-respect du décret plage 

La destruction a été mise en oeuvre par les services de l'Etat car ces restaurants, construits en dur, ne respectent pas le décret plage de 2006 de la loi littoral. 

Les propriétaires, condamnés cet automne à démolir eux-mêmes leurs bâtiments par le tribunal administratif de Nice, n'ont pas obtempéré. Les services de l'Etat se sont donc substitué aux établissements et ont envoyé les pelleteuses. La facture de démolition, environ 80 000 euros par établissement, sera envoyée aux exploitants.

Le restaurant Vallauris-Plage a été le premier à subir les coups de pelles mécanique mercredi - Radio France
Le restaurant Vallauris-Plage a été le premier à subir les coups de pelles mécanique mercredi © Radio France - Marion Chantreau

Serge Castel directeur départemental des territoires et de la mer

Serge Castel, directeur départemental des territoires et de la mer, rappelle que les exploitants ont été "prévenus" : 

"Des solutions ont été proposées afin qu'ils transforment leurs installations en structures démontables, mais ils ont refusé." 

La commune de Vallauris, future concessionnaire de la plage, pourra ensuite passer des appels d'offres pour exploiter de nouveaux établissements sur 20% de la plage : des restaurants démontables, qui respectent la loi littoral, "cet été ou l'été prochain" selon les services de l'État, avec des emplois à la clé.

Les propriétaires des établissements n'ont pas souhaité assister au spectacle. "Un déchirement" confie l'un d'eux. Les trois établissements ont fait appel de la décision du tribunal administratif, un appel toujours en cours, mais non suspensif.

Une page de l'histoire de cette plage se tourne

Gilles Esmiol, 75 ans, exploitait le restaurant "Nounou" depuis 1973. Après des travaux de désamiantage, le bâtiment sera détruit d'ici un mois. Ce propriétaire a refusé de démolir son restaurant qui "existe sur la plage depuis les années 20" dit-il. 

Pour lui, ces trois établissements faisaient partie du patrimoine de Vallauris-Golfe-Juan, et c'_est "une page de l'histoire de la plage du Soleil qui se tourn_e"

Gilles Esmiol, propriétaire du restaurant de plage "Nounou"

Quelques badauds, habitants de Golfe-Juan, habitués de ces restaurants ou anciens salariés des établissements, ont assisté de loin à la démolition.

"Un triste spectacle" pour ces badauds