Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les personnels soignants se remobilisent pour obtenir plus de moyens pour l'hopital

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Ségur de la santé devait combler les nombreuses attentes des soignants, mais depuis la signature des accords en juillet, leur colère est toujours là. Un appel à la grève à l’hôpital et dans les secteurs médico-social est lancé ce jeudi pour obtenir plus de moyens.

Les soignants dans la rue en juillet dernier
Les soignants dans la rue en juillet dernier © AFP - Amaury Cornu

Les personnels hospitaliers reprennent leur grève partout en France ce jeudi et les revendications sont sensiblement les mêmes qu'en 2019. On devrait retrouver les mêmes pancartes dans les cortèges de l'intersyndicale CGT, Sud, CFE-CGC, et les collectifs Inter urgence : revalorisations de salaires, manque de personnel, manque de lits, manque de matériel. Pourtant, le Ségur de la santé devait apporter des réponses concrètes et rapides à toutes ces demandes. 

Des avancées à hauteur de plus de 8 milliards d'euros

"Nos revendications ne sont pas nouvelles, ça fait longtemps que la CGT prévient que nous ne serons pas capables d'absorber une crise sanitaire comme celle que nous vivons. Et malheureusement, les faits nous donnent raison", explique à France Bleu Nord, Matthieu Collart, l'un des représentants CGT au CHU de Lille. En juillet dernier, plusieurs syndicats saluaient les avancées négociées avec le gouvernement. Un peu plus de 8 milliards d'euros pour des augmentations de salaires et la création de 15.000 postes supplémentaires.

Problème, on voit dans le projet de loi de Finances 2021 présenté il y a quelques jours, que seuls 450 millions seront destinés aux revalorisations du personnel médical de l’hôpital public. Et le reste de l'enveloppe ira dans les autres établissements de santé et dans les Ehpad publics et privés. C'est l'ultime frustration qui vient s'ajouter à une longue liste de revendications toujours d'actualités.  

Un Ségur insuffisant

La hausse de salaire promise, d'un montant de 183 euros net mensuels dans le public, est toujours insuffisante, disent les syndicats qui réclamaient 300 euros avant le Ségur. Le nombre de lits n'est pas à la hauteur de leurs attentes, d'autant qu'il y a eu 3.400 suppressions de lits l'année dernière et qu'il est encore demandé à l’hôpital public de se serrer la ceinture, de faire des économies. 

Frustration aussi sur les embauches de personnels. Elles sont en cours, mais dans le meilleur des cas, elles permettent de combler les trous, vacances, maladies, mais pas forcément les départs de soignants, lassés par leur situation et épuisé après la 1e vague de Covid-19, du public vers le privé. Selon les soignants, cela n'apporte pas de bras en plus pour soulager les effectifs mis sous pression.  

Les oubliés du Ségur

Et puis il y a tous ceux que le Ségur n'a pas concerné, qui seront particulièrement mobilisés aujourd'hui, comme les soignants intérimaires, sur le front pendant la crise sanitaire et qui seront indispensables en cas de 2e vague. Ils ont été exclus du dispositif de la prime Covid. La circulation inquiétante du virus et la tension de plus en plus forte dans les hôpitaux fait se mobiliser les personnels hospitaliers. 

Pour Edouard Gloannec, le secrétaire du syndicat Sud-Santé Gard-Lozère, interrogé par France Bleu Gard-Lozère, "le monde d'après ressemble tristement au monde d'avant, tant dans sa façon de manager que dans le manque de moyens pour l'hôpital public."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess