Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les personnes de plus de 50 ans sont de plus en plus nombreuses à pousser la porte du Secours Catholique

vendredi 9 novembre 2018 à 10:17 Par Frédérick Thiébot, France Bleu Cotentin

Le Secours Catholique s’inquiète d'une "précarisation des seniors" depuis dix ans. Souvent isolées, ces personnes n'arrivent plus à joindre les deux bouts mais ne viennent pas uniquement chercher une aide matérielle auprès de l'association

Eric Becque, délégué départemental du Secours Catholique de la Manche
Eric Becque, délégué départemental du Secours Catholique de la Manche © Radio France - Frédérick Thiébot

Manche, France

"En un an, 30 % supplémentaires de personnes de plus de 50 ans se sont rendues dans les permanences du Secours de la Manche", annonce Eric Becque, le délégué départemental de l'association. Il précise que "contrairement à ce qui peut imaginer, les personnes qui viennent nous voir ne viennent pas uniquement pour une demande d'aide matérielle ou financière. Elles ont une demande humaine, c'est à dire de l'écoute , de l'accueil, de l'accompagnement et des relations sociales."

Ce qui inquiète le plus les 1 049 bénévoles du Secours Catholique dans la Manche, c'est l'augmentation de l'exclusion sociale et notamment en milieu rural. De plus en plus de personnes restent isolées chez elles, coupées du monde. 

Les 48 équipes locales développent des actions pour aider ces personnes à retrouver du lien social. Dans le secteur de Valognes, le Secours Catholique a ainsi créé un "Café Sourire" qui permet à ces personnes de se rencontrer une fois par mois. Autre type de rencontres à Port-bail où le Secours Catholique accueille les personnes seules chaque jeudi matin.

Quelques bénévoles du Secours Catholique réunis à la permance de Cherbourg - Radio France
Quelques bénévoles du Secours Catholique réunis à la permance de Cherbourg © Radio France - Frédérick Thiébot

La difficulté est de repérer la personne qui est isolée et en exclusion sociale, précise Eric Becque.

Ce n'est plus de la vie, c'est de la survie

Autre constat dans ce rapport annuel du Secours Catholique, c'est que le revenu médian des ménages aidés par l'association, est de 540 euros par mois. C'est largement inférieur au seuil de pauvreté, fixé à 1.026 euros par mois pour une personne seule. "L'écart se creuse", s'alarme le délégué départemental. " Ce n'est plus de la vie, c'est de la survie. La première demande d'aide des personnes qui viennent nous voir, c'est la précarité énergétique. On a des personnes qui aujourd'hui trouvent tout à fait normal de passer un hiver sans se chauffer et de vivre avec une température de 5 ou 10 degrés chez elles. Cela prouve que notre société val mal ", ajoute Eric Becque.

Le Secours Catholique organise sa collecte annuelle pour recueillir des dons à la fin du mois de novembre.