Société

Les pharmaciens de Vaucluse craignent de voir leurs marges rognées sur les médicaments

Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse jeudi 24 septembre 2015 à 10:32

Enseigne de pharmacie (illustration)
Enseigne de pharmacie (illustration) © Max PPP

Le gouvernement veut faire des économies en baissant le prix des médicaments remboursés. Opposition des pharmaciens qui s'estiment déjà fragilisés.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale est présenté ce jeudi. Il prévoit 3,4 milliards d'euros d'économie. Dans le viseur du gouvernement, le prix des médicaments remboursés. Il souhaite le faire baisser, pour économiser 700 millions d'euros. Les pharmaciens verraient donc leur marge rognée.

Le pharmacien nanti n'existe plus

Philippe Bonnefoi, pharmacien à Vaison-la-Romaine et président de l'Union des syndicats  des pharmaciens d'officines de Vaucluse estime que c'est fragiliser la profession. Il craint aussi pour les emplois générés dans les pharmacies.

 "Certains confrères ne sortent pas le SMIC". 

Philippe Bonnefoi, avec Samia Belbachir

Il y a 202  pharmacies en Vaucluse. Annie Palon, pharmacienne à Caromb, estime que les seules à pouvoir tirer leur épingle du jeu seront les pharmacies des centres commerciaux. Pour elle, cela sera beaucoup plus difficile pour les petites officines de quartier ou de village.

Annie Palon, avec Samia Belbachir

Gilles Bonnefond, président de l'Union syndicale des pharmaciens d'officines, craint même une désertification rurale, même si pour le moment, le Vaucluse semble plutôt épargné... à part sur le plateau d'Albion.

Gilles Bonnefond, avec Samia Belbachir