Société

Les piétons et les cyclistes victimes du passage à l'heure d'hiver ?

France Bleu Auxerre mercredi 21 octobre 2015 à 19:12

Des collégiennes devant un passage piéton
Des collégiennes devant un passage piéton © Radio France - Valentine Schira

Avec le passage à l'heure d'hiver et des nuits plus longues, le nombre de piétons tués a augmenté de 7% l'année dernière et de 8% chez les cyclistes d'après l'association Prévention MAIF. Pourquoi ? Quels sont les dangers sur la route ? Le département de l'Yonne est-il concerné ?

Ce dimanche il faudra remettre vos pendules à l'heure. Le passage à l'heure d'hiver s'effectue traditionnellement au mois d'octobre. Ainsi, dimanche à trois heures du matin, il sera... deux heures du matin. La nuit tombera en moyenne vers 17h30 et le jour ne se lèvera que vers 8h. Pour les piétons et les cyclistes icaunais la vigilance est donc de mise.

A l'échelle nationale, le nombre de piétons tués en 2014 a augmenté de 7% et même de 8% pour les cyclistes d'après l'association Prévention MAIF. En cause : la visibilité moins bonne des routes et des centres villes (pour certains en tout cas). Si les personnes âgées de plus de 65 ans sont les victimes les plus fréquentes des accidents la nuit ou au petit matin l'hiver, nos enfants doivent être particulièrement attentifs sur le chemin de l'école. A Auxerre, Antoine en 3ème, prend son vélo pour aller au collège mais il n'est, semble t-il pas prêt : "Je n’ai pas de lumière sur mon vélo, mais je vais mettre un brassard jaune" explique le garçon. 15.000 brassards ont d'ailleurs été distribués au mois de septembre dans l'Yonne devant les établissements, dans le cadre d'une campagne de prévention routière de la préfecture.

Le gilet jaune n'a toujours pas la cote

De son côté Maéva, 16 ans n'a pas pris de disposition particulière à l'arrivée de l'hiver, alors que cette lycéenne va marcher 20 minutes pour se rendre en classe et bien souvent lorsqu'il fera encore nuit. Ne lui parlez pas du gilet jaune : "Ce n’est pas beau et je n'ai pas l'habitude d'en porter !", sourit la jeune fille. Pour son petit copain, Florian, le plus gros danger réside dans ses habitudes de parcours : "On ne fait pas attention car on prend le même chemin tout les jours, donc on ne fait pas gaffe".

"'Ce n'est pas beau et je n'ai pas l'habitude d'en porter"

Aude elle, au contraire, déploiera les grands moyens pour se rendre en cours : "Je prends une lampe-torche que j'ai dans mon sac car l'éclairage n'est pas bon dans mon lotissement. Et puis cela m'aide à regarder où je vais et à être visible pour les voitures." Angoissé ce n'est pas le cas de Léo car comme il le dit lui-même : "Si on fait attention, il n'y a pas de problèmes". Tout ce petit monde devra passer des paroles aux actes après les vacances.

Le reportage France Bleu Auxerre de Martin Cotta

Auxerre, France