Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les platanes de l'esplanade Saint Gervais à Rouen ont été abattus

mercredi 20 juillet 2016 à 6:08 - Mis à jour le jeudi 21 juillet 2016 à 9:35 Par Amélie Bonté, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

La mairie de Rouen s'est vite débarrassée de 46 platanes sur l'esplanade Saint Gervais, après une décision de justice favorable lundi. Les 46 arbres ont été abattus pour faire de la place pour les forains. Les défenseurs de l'environnement et les élus écologistes s'insurgent.

Les 46 platanes de l'esplanade Saint-Gervais à Rouen ont été abattus.
Les 46 platanes de l'esplanade Saint-Gervais à Rouen ont été abattus. © Radio France - Antoine Quevilly

Rouen, France

Mauvaise surprise mardi matin sur l'esplanade Saint-Gervais à Rouen. Les 46 platanes centenaires ont été abattus pendant la nuit précédente. Un abattage, voulu par le maire de Rouen, pour aider l'installation des forains en octobre. La mesure était vivement dénoncée par les associations écologistes et les citoyens qui avaient signé une pétition (plus de 7500 signatures en quelques jours seulement).

Plus un seul des 46 platanes sur l'esplanade Saint Gervais

Mardi, une décision de justice favorable à la municipalité rouennaise autorisait donc cet abattage. Les 46 arbres ont été mis à terre manu militari, sous la surveillance de la police et même de la BAC (brigade anti-criminalité)! Les défenseurs de l'environnement et les élus écologistes dénoncent un déni de démocratie, puisque leur recours en justice n'a pas encore été examiné et que les arbres ont déjà disparu. De plus, le projet d'abattre ces arbres centenaires a été mis à l'ordre du jour du conseil municipal il y a seulement une dizaine de jours.

ça a été le choc quand j'ai vu tous ces arbres par terre. Sur Rouen je rappelle que c'est 110 morts par an liés à la pollution atmosphérique" explique l'élu EELV Fatima El Khili

Ecoutez Fatima El Khili, adjointe au maire de Rouen EELV (1')

La municipalité refuse de s'exprimer sur le sujet.

Les défenseurs de l'environnement, eux, rappellent que ces arbres jouaient leur rôle, en réduisant un peu la pollution, troisième cause de décès en France.

Ecoutez le reportage de Coralie Moreau (1'11)

Les forains ne veulent pas être tenus pour responsables

Ecoutez André Cottin, vice-président du comité de défense de la foire (49")

C'est un manque de respect des écolos vis à vis de nous" explique André Cottin , vice-président du comité de défense de la foire

Les forains, que la mairie ne veut plus voir s'installer sur les quais prés du pont Guillaume le Conquérant, estiment qu'ils n'ont rien à voire dans cette polémique et que la décision vient de la mairie de Rouen.

On n'est pas d'accord pour couper des arbres, la mairie non plus et justement on nous a fait partir de l'ancien endroit pour y faire un espace vert !" s'insurge André Cottin

Les forains rappellent qu'ils n'ont pas demandé à changer d'endroit et que ce n'était pas simple pour eux de changer de lieu :

André Cottin, vice-président du comité de défense de la foire

La mairie, de nouveau jointe mercredi par France Bleu Normandie, reste silencieuse sur le dossier.