Société

Les pompiers de Caen arrêtent leur grève

Par Pierre Coquelin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu mardi 12 janvier 2016 à 19:17

L'assemblée générale a voté la fin du mouvement de grève
L'assemblée générale a voté la fin du mouvement de grève © Radio France - Pierre Coquelin

Après 15 jours de grève, l'assemblée générale des pompiers de l'agglomération caennaise a voté la fin du mouvement. Les organisations syndicales restent vigilantes et attendent des mesures concrètes sur l'organisation du temps de travail.

"Ras le casque". La lassitude des pompiers s'inscrit jusque sur les murs et les vitres de la caserne d'Ifs. C'est ici qu'une soixantaine de soldats du feu des 3 centres de l'agglomération caennaise (casernes Canada, de la Folie-Couvrechef et Ifs, qui représentent quelques 46 pompiers de jour et 40 pompiers de nuit) a décidé de voter la fin du mouvement de grève.

Quinze jours de grève, aboutissement d'un conflit latent depuis 18 mois avec leur hiérarchie. Pendant près de 2 heures, le débat a été vif. "Notre mouvement est exemplaire, alerte Gaëtan Lechevallier, secrétaire général CGT du SDIS du Calvados. La grève fatigue tout le monde. C'est un combat. On ne veut pas de dérapages. Depuis le début, tout le monde a été sérieux. Mais avec l'accumulation de fatigue, les interventions, les gardes... Il faut faire attention". 

"Faut quand même rappeler que si aujourd'hui on se bat pour ce règlement du temps de travail, c'est simplement pour être sûr que les pompiers sont en bonne sécurité pour porter secours à la population tous les jours" - Wilfried Van Oost

"15 jours, c'est toujours trop long. Il y a une usure psychologique et physique par les piquets de grève, par le fait que les gens sont sursollicités car nous sommes en sous-effectif suite au service minimum, note Wilfried Van Oost (CGT). On a un retour au dialogue, chose qui n'existait plus depuis 18 mois. Certains engagements commencent à être pris et à être couchés sur du papier d'une manière plus ou moins floue". 

"Les gens ont peur de la sanction" - Mickaël Marie

Du côté du personnel, certains sont à cran. "On a une quinzaine d'arrêts maladie connus, explique Mickaël Marie, secrétaire du CHSCT. 

Le torchon brûle depuis 18 mois

Lundi, une réunion a été organisée entre les différents acteurs (préfet, président du conseil d'administration du SDIS, syndicats). Un accord sur 5 points a été formulé :

  • Travail rapide par les chefs de centre sur les plannings de garde des 3 prochains mois
  • Accord pour 3 semaines de congés consécutives sur juillet et août prochains
  • Accord pour 2 autres semaines de congés sur les 10 mois restants
  • Accord pour favoriser le regroupement du temps libre en vue de bénéficier de 7 jours consécutifs supplémentaires
  • Démarrage des travaux sur le règlement départemental du temps de travail

Les organisations syndicales ont convenu d'un nombre maximal d'heures sur 7 jours de 72 heures, dans un souci de sécurité du personnel. "Il y a des avancées à attendre", ajoute Wilfried Van Oost. 

"Quinze jours de grève, c'est toujours trop long" - Wilfried Van Oost

Les organisations syndicales se montrent vigilantes. "Si rien ne bouge avant la fin janvier, le sapeurs-pompiers reprendront leur mouvement de grève", confie Gaëtan Lechevallier. Des pompiers qui négocient une entrevue avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.