Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les pompiers de Pau sont en sous-effectif cet été

-
Par , France Bleu Béarn

A Pau, les pompiers sont en sous-effectifs depuis quelques jours. Ils ne sont qu'une dizaine à travailler en ce moment contre 25 habituellement. Beaucoup de professionnels sont en arrêt maladie. "On court à la catastrophe" dit le secrétaire départemental de l'UNSA, Jean-Marc Scopel.

Véhicule de pompiers, illustration.
Véhicule de pompiers, illustration. © Radio France

Pyrénées-Atlantiques, France

Les pompiers de Pau n'en peuvent plus. Ils sont en ce moment environ dix pompiers professionnels à la caserne contre 25 en temps normal. Les arrêts maladies se multiplient, alors que les pompiers sont en grève, symbolique, depuis fin juin pour protester notamment contre le mode de rémunération des heures de garde de 24h payées 17h. Selon les syndicats, cela porte à 650 heures de bénévolat forcé par an en moyenne.

"Il y a une réelle démotivation, une usure mentale du personnel, et les conséquences peuvent être dramatiques. On ne va pas pouvoir assurer toutes les interventions" constate Jean-Marc Scopel, le secrétaire départemental UNSA des pompiers des Pyrénées-Atlantiques. D'où les nombreux arrêts maladies qui sont enregistrés ces derniers jours. Mais "ce ne sont pas des arrêts maladies de complaisance, il y a une vraie usure", précise le représentant du personnel.

Le comité d’administration du Service départemental d'incendie et de secours a proposé un groupe de travail sur la question mais les syndicats ont refusé, et demandent des promesses de créations de postes.

"On est dans une véritable situation critique", dit le secrétaire départemental de l'UNSA, Jean-Marc Scopel.