Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les pompiers de Miraumont rénovent bénévolement leur propre caserne

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu, France Bleu Nord

Les pompiers de Miraumont, à la limite entre Somme et Pas-de-Calais, rénovent depuis plusieurs mois leur caserne, l'une des plus petites du département. Ils ont refait la toiture et aménagé l'intérieur sur leurs week-ends. Une volonté du chef de centre, mais aussi un moyen de préserver leur caserne.

Jean-Marc Champy, le chef de centre devant la caserne de Miraumont.
Jean-Marc Champy, le chef de centre devant la caserne de Miraumont. © Radio France - Marc Bertrand

Somme, France

"On avance tous les samedis matin, à trois ou quatre, ceux qui peuvent car on a des familles aussi !", sourit Jean-Marc Champy. Ce professeur de mécanique dans un lycée de Bapaume, dans le Pas-de-Calais, est le chef de centre de la caserne de Miraumont, 680 habitants, au nord d'Albert. 

Des dons des artisans des environs

L'une des plus petites casernes du département, avec ses 14 pompiers volontaires, elle couvre néanmoins une zone importante, les prochaines casernes étant relativement lointaines. Le bâtiment a été racheté par le SDIS, le Service départemental d'incendie et de secours. Mais la toiture était à refaire et l'intérieur à aménager.

C'est une menuiserie du Pas-de-Calais qui nous a fait don de l'escalier. En étant pompier, on rend service aux gens, et ils nous le rendent bien !

L'équipe a décidé de se retrousser les manche. Et de tout faire elle même : "On a la chance d'avoir des talents, il y a un ancien artisan, un électricien, moi je suis prof de mécanique mais je bricole un peu tout". Le toit est en cours de finition. Le SDIS a payé le matériel, la commune a financé des équipements de sport, pour la future salle d'entraînement, encore en train d'être aménagée. Les dons viennent aussi des artisans, commerçants et habitants du coin. 

Être une caserne exemplaire

La mairie l'assure, elle aurait pu assumer le coût des travaux. Le chef de centre a vu dans ces travaux un moyen de motiver son équipe. Mais les difficultés qu'ont les SDIS partout en France pour financer leurs équipements entrent aussi dans sa réflexion : "Quelque part, ça fait aussi gagner de l'argent au SDIS. Si jamais ils décident un jour de fermer des casernes, ils se diront qu'ici on travaille correctement et ils auront envie de nous garder!", avoue à demi-mot Jean-Marc Champy. 

"C'est très important d'avoir une caserne ici", confirme le maire de la commune, René Delattre. "On a  eu un arrêt cardiaque dans la maison d'en face, il y a quelques années", se souvient le chef de centre : "Le pompier de garde y est allé à pied en courant, il a pu faire repartir le cœur et la personne a été sauvée". Avec les économies engendrées par ce travail bénévole, la caserne espère aussi recevoir plus rapidement un deuxième véhicule d'intervention. Pour l'instant, elle ne dispose que d'un camion de lutte contre les incendies.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu