Société

Après les attentats, les pompiers de Paris proposent des cours de premiers secours

Par Clémence Gourdon, France Bleu Paris Région et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 4:22

Formation de jeunes sapeurs pompiers
Formation de jeunes sapeurs pompiers © Maxppp

Connaître les gestes d'un massage cardiaque, savoir poser un garrot, ou tout simplement savoir alerter en cas de crise, n'est pas une évidence pour tous. Les sapeurs-pompiers de Paris lancent donc des séances d'initiation aux premiers secours, à partir du 16 janvier prochain.

Les sapeurs pompiers de Paris lancent, en ce début d'année 2016, des formations de secourisme, gratuites et ouvertes à tous, dont l’inscription se fait sur le site de la Préfecture de policeCette mesure prendra effet en région parisienne dès le week-end du 16 et 17 janvier, et s'étendra au reste du pays dans les semaines à venir.

>> Inscrivez-vous en cliquant ici.

Lors des attentats qui ont touché la France en novembre dernier, les différents services de secours ont été submergés, notamment les pompiers, qui ont manqué de matériel. Mais les Français eux-mêmes savent-ils réagir en cas de crise majeure ? Pour Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, "la part des français déjà formés reste faible'".

Des initiations d'une heure existaient déjà mais les participants y apprenaient le massage et la défibrillation. Une seconde heure a été ajoutée pour permettre de former au "contrôle des saignements" et "aux positions d'attente", indispensables en cas de crises telles que celles qu'a connu la France en novembre dernier.

Pour le contrôle des hémorragies, on va axer la formation sur la compression et, si ça ne suffit pas, savoir poser un garrot. La position d'attente, c'est la position dans laquelle on doit mettre la victime en attendant l'arrivée des secours. Si elle est gênée pour respirer, par exemple, il faut savoir la mettre en position demi-assis.

— Didier Pourret, délégué de la commission de l'enseignement du secourisme

D'autres formations sont proposées en France, comme celles dispensées dans les établissements scolaires, ou lors de la Journée défense et citoyenneté (ex-JAPD), au cours desquelles les participants se voient remettre le certificat de formation Prévention et secours civique niveau 1 (PSC1). Mais les attentats de Paris ont démontré un manque de connaissance des Français à ce sujet, comme l'évoque Bernard Cazeneuve dans sa lettre de demande de sensibilisation aux Français. Un constat confirmé par Didier Pourret, administrateur de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France et délégué de la commission de l'enseignement du secourisme.

Des Français peu formés

Au-delà de la situation attentats, c'est un besoin qu'on a au quotidien, nous pompiers. Il y a beaucoup de situation dans lesquelles on a besoin que les gens soient aptes à porter secours en attendant notre arrivée.

— Didier Pourret

Ces initiations n'ont pas vocation de se substituer au PSC1, mais elles reposent sur "un référentiel pédagogique national simplifié", qui devrait permettre aux participants de connaître l'essentiel des gestes en 2 heures, contre 1 journée pour le PSC1.

Le but de la formation en deux heures, c'est d'apprendre les éléments essentiels et d'intéresser au secourisme, et éventuellement d'attirer vers les formations un peu plus longues, type PSC1. — Didier Pourret

L'administrateur de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, qui apprécierait la mise en place d'une formation continue, appelle tous les français à se former aux premiers secours, "pour que le maximum de personnes puissent réagir". Le service sera ainsi proposé dans le reste de la France à partir du mois de février, avec la mise en ligne des modalités sur les sites des Préfectures.